Muriel Robin face à l'horreur du braconnage : "Ça donne envie de mourir"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Avec son ami Chanee, Muriel Robin s'est rendue au Kenya, où les éléphants sont menacés. La comédienne a confié avoir été très affectée par l'horreur du braconnage.

INTERVIEW

C'est un voyage exceptionnel, au cœur de la terre des éléphants d'Afrique, que nous propose Muriel Robin, lundi soir sur France 3. L'humoriste est partie au Kenya avec son ami Chanee, un Français engagé dans la défense des animaux. Un documentaire plein d'émotions, qui entend sensibiliser les téléspectateurs quant aux menaces auxquelles sont confrontés les éléphants.

"Notre histoire est assez jolie". Ce documentaire, c'est aussi l'histoire d'une amitié hors du commun entre la comédienne et Chanee. Invitée dans Village Médias lundi, Muriel Robin a raconté leur rencontre, qu'elle doit à une simple coupure de presse. "Je l'ai rencontré quand il avait 16 ans, il cherchait de l'argent pour partir à Bornéo. Il avait besoin de 3.000 francs. Je l'ai appelé, je lui ai dit : 'je te donne 2.700 francs, car il faut quand même que tu travailles un peu'", se souvient-elle. "Notre histoire est assez jolie. J'ai dit à ce garçon : 'Je serai toujours là pour toi'. Une vocation, il faut lui donner tous les moyens tout de suite, car sinon c'est du gâchis. Je ne me suis pas trompée car il a pu partir", souligne Muriel Robin. Depuis plusieurs années en effet, Chanee vit en Indonésie, où il s'occupe très activement de la sauvegarde des gibbons.

"Ça ramène à ce dont est capable l'être humain". C'est donc en toute confiance que Muriel Robin a accepté de partir à l'aventure avec "ce garçon courageux", pour alerter sur la situation des éléphants. La comédienne s'est notamment rendue dans un musée où elle a pu comprendre l'ampleur du braconnage et du commerce illégal d'ivoire. Une situation qui l'a profondément affectée. "Ça ramène à ce dont est capable l'être humain. Ça casse sur les godasses ! Ça donne envie de mourir", avoue-t-elle. "Ça questionne beaucoup, tout ça pour de l'argent…", déplore-t-elle.

Les scientifiques dénombraient 5 millions d'éléphants en Afrique en 1930, il n'en reste désormais plus que 375.000.