Murdoch devient @RupertMurdoch

  • A
  • A
Murdoch devient @RupertMurdoch
Rupert Murdoch fêtera ses 81 ans en 2012@ REUTERS
Partagez sur :

L’homme d’affaires de 80 ans a débarqué sur Twitter, prenant de bonnes résolutions.

"Essayer de rester humble". A l'heure des bonnes résolutions pour 2012, le magnat des médias Rupert Murdoch n'a pas manqué d'apporter sa petite pierre à l'édifice mais pas n’importe où… sur Twitter. Dès le 31 décembre, jour de la création de son compte sur le réseau social, le patron du groupe de presse britannique News International, actuellement au cœur d'un scandale d'écoutes téléphoniques, a posté plusieurs mini-messages.

Rupert Murdoch formule comme "résolution d'essayer de rester humble et toujours curieux, et bien sûr, de faire un régime" en réponse à un certain @jack qui n'est autre que Jack Dorsey, président de Twitter. "Bonne année 2012", lance Ruppert Murdoch optimiste, prédisant que "cela pourrait être mieux que ce que prévoient les experts" et qu'"il faut tout changer pour créer des emplois pour tous, surtout pour les jeunes".

02.01RupertMurdoch-Twitter930620

© Capture Twitter

"Avec sa propre voix, sa propre façon de faire @RupertMurdoch est désormais sur  Twitter", s'est réjoui Jack Dorsey, confirmant l'authenticité de ce compte. En moins de 24 heures, le propriétaire du Sun, du Timesou du New York Post, avait engrangé 26.000 followers ! Lundi Rupert Murdoch avait 53.000 abonnés.

Une ruée d'autant plus surprenante que le magnat de la presse se contente de tweeter sur son quotidien. Dans d'autres messages, le légendaire homme d'affaires australo-américain, en vacances à Saint-Barthélémy, dans les Antilles, déplore qu'il y ait "trop de gens à St Barth: il vaut mieux garder ses pensées pour soi ici, comme à Londres !".

Dimanche, il s'est réjoui de "revenir au travail demain". "Assez de désoeuvrement!" s'exclame-t-il. Et dans un autre tweet, il se demande si "les Britanniques n'ont pas trop de vacances pour un pays en difficulté".

Le "buzz" en quelques jours

Face à la subite fièvre "tweeteuse" de celui qui fêtera prochainement ses 81 ans, la presse britannique ironise mais s'interroge aussi. "Pas de piratage requis!" s'exclame le Daily Telegraph, dans une allusion au retentissant scandale des écoutes au sein du journal News of the World qui a fait écouter 800 personnes, selon la police.

Le journal soupçonne au passage une tentative de News Corp., le groupe de Murdoch, pour améliorer son image. L'irruption de Murdoch sur Twitter a en tout cas soulevé un vrai "buzz" sur le site de micro-blogging. Reste que le grand patronne ne s'est abonné qu'à quelques happy few, triés sur le volet. L'octogénaire ne suit que quatre personnes : Jack Dorsey, Larry Page, le co-fondateur de Google, Lord Sugar, le patron du groupe Amshold et Mark Pincus, le fondateur de Zynga, la société de jeux sur Facebook et sur Myspace. On se comprend mieux entre grands patrons...