Mort de Jean-Luc Delarue : "Rien ne m'arrêtera" pour savoir la "vérité", déclare son père

  • A
  • A
Mort de Jean-Luc Delarue : "Rien ne m'arrêtera" pour savoir la "vérité", déclare son père
Partagez sur :

Quatre ans après la disparition de Jean-Luc Delarue, son père est toujours en quête de réponses. Selon lui, la mort et l'inhumation de son fils ont des circonstances mystérieuses, qui reposent sur des questions d'héritage.

Le 23 août 2012 disparaissait Jean-Luc Delarue à 48 ans des suites d'un cancer. Mais, quatre ans quasi jour pour jour après sa mort, le père de l'animateur ne décolère pas. Selon lui, les circonstances de la disparition et de l'inhumation de son fils restent un mystère. Il témoigne sur Europe 1, mercredi.

"Je n'ai pas pu le voir une dernière fois". Le père explique son trouble : "Il est mort la matin du jeudi 23, à 10h20, selon le document officiel. Et l'après-midi, deux mails ont été envoyés sous sa signature", révèle-t-il. Le décès n'est révélé que le vendredi matin. "Vingt-six heures après, des journalistes de votre station m'ont appelé pour avoir confirmation et c'est comme ça que j'ai su que mon fils était mort", explique-t-il. "Je n'ai pas su qu'il allait être enterré, je n'ai pas pu le voir une dernière fois. Je n'ai pas pu savoir où il avait été enterré au Père Lachaise la première fois et la deuxième fois au cimetière de Thiais", dans un carré musulman. A 77 ans, l'homme dit ne plus avoir "de temps à perdre" et souhaite "la vérité". "Rien ne m'arrêtera", assure-t-il, ajoutant notamment qu'il a déjà interpellé des personnalités politiques et qu'il s'apprête à lancer une pétition.

En conflit avec l'épouse de son fils, Anissa. Les faits énoncés s'inscrivent dans un contexte complexe. Jean-Claude Delarue n'a pas vu son fils, remariée avec une jeune femme prénommée Anissa, "les trois derniers mois de sa vie". Jean-Claude Delarue demande depuis trois ans aux ministères de la Famille et de la Justice que soit reconnu "aux parents d'enfants morts mariés le droit d'être informé immédiatement de la mort et d'être présent à l'enterrement, sauf bien entendu s'il y avait eu interdiction formelle par écrit, de la part de l'enfant. Ce qui n'était pas le cas", assure ce père qui en veut à la presse people d'avoir affirmé que Jean-Luc Delarue détestait ses parents. "Il me détestait tellement que sur les quatre parents des deux mariés, le jour du mariage, j'étais le seul à être invité", se justifie-t-il. 

Un petit-fils d'une précédente union. Au cœur de l'affaire repose la question de l'héritage de l'animateur. "Le seul héritage que j'avais demandé, c'était des copies de photos (de son fils enfant), et je ne l'ai pas eu", indique pour sa part Jean-Claude Delarue. L'homme ne garde aucun lien avec la dernière épouse de son fils, Anissa, autour de laquelle se cristallisent ses interrogations. Il annonce en revanche être en bons termes avec son petit-fils Jean, l'enfant que Jean-Luc Delarue a eu avec Elisabeth Bost, qu'il voit "toutes les semaines".