Michel Cymes en one-man show ? "On me l'a proposé, mais c'est impossible"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Dans Bonjour la France, le médecin et animateur télé explique qu'il a trop le trac pour tenir un spectacle, alors qu'on le lui a proposé.

INTERVIEW

Animateur de télévision et médecin à l'humour caustique, Michel Cymes a déjà été approché pour faire un one-man-show. Il revient sur ce projet, qui ne devrait sans doute jamais se réaliser.

Incapable d'être seul sur scène. "Le producteur de Pierre Palmade me l'a proposé, mais c'est impossible", explique ainsi l'animateur. La raison ? Le trac. "Je suis tellement traqueur (sic) qu'être seul sur scène est impossible", confie-t-il, alors que passer à la télévision ou animer des conférences ne le dérange pas du tout. L'idée du one-man-show aurait été que Michel Cymes face un spectacle où il présente la médecine à sa façon, "à la manière du spectacle Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus".

La notoriété ? "Au début, je ne l'ai pas bien vécu". En quelques années, Michel Cymes a acquis une grande notoriété, au point d'être l'animateur préféré des Français. "Au début, je ne l'ai pas bien vécu. J'avais un sentiment d'imposture, en me demandant ce que j'avais fait d'extraordinaire à la télé et dans mon métier de médecin pour être premier de ce classement", raconte le médecin. Finalement, il a décidé de prendre cela avec philosophie : "je me suis dit 'profite'". 

La vie au quotidien. Pour autant, cette notoriété a forcément des conséquences sur le travail de médecin de Michel Cymes qui consulte toujours deux à trois matinées par semaine. "Alors que j'ai une spécialité très précise (l'ORL, ndlr), parfois il y a des patients qui viennent me voir pour tout autre chose, qui pensent que je vais leur sauver la vie", indique le praticien. "Ils prennent rendez-vous sous le prétexte de ma spécialité et arrivent avec un tout autre problème".

Michel Cymes tient également à garder une vraie distance avec ses patients. Il a par exemple une règle sur laquelle il ne transige jamais : pas de photo à l’hôpital. "Quand je suis en blouse, je ne suis plus du tout le mec que vous connaissez à la télévision", souligne le médecin. "Vous venez pour que je vous soigne, pas pour déconner."