Mélissa Theuriau : la confrontation aux enfants "oblige le politique à parler simplement"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

La journaliste produit l'émission politique "Les candidats au tableau" qui sera diffusée dimanche en prime time sur C8. Ce sont des enfants âgés de 8 à 12 ans qui interrogent.

INTERVIEW

Après Une ambition intime sur M6, une nouvelle émission aborde la politique autrement sur C8. Le programme Les candidats au tableau, qui sera diffusé dimanche à 21h, propose de suivre quatre candidats à l'élection présidentielle pendant qu'ils sont interrogés dans une salle de classe par des enfants âgés de 8 à 12 ans. La journaliste Mélissa Theuriau en est la productrice et elle était invitée dans Le grand direct des médias.

Marine Le Pen, grande absente. Benoît Hamon, François Fillon, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon se font élèves d'un jour. On note l'absence de Marine Le Pen. "Elle ne nous a pas répondu, elle n'a pas souhaité venir", indique la journaliste. "On a beaucoup regretté mais je ne peux pas vous donner une raison, on est restés sans réponse. Elle aurait pu échanger de façon pertinente avec des enfants. Cela lui aurait permis de déjouer certaines techniques de langage." (...) La confrontation aux enfants "oblige le politique à s'adapter et à parler simplement. On apprend beaucoup", se félicite la journaliste, même dans les "silences et les temps de malaise". Le concept a aussi le mérite d'éviter la langue de bois, d'après la journaliste : "On ne peut pas se défiler devant un enfant. S'il ne comprend pas, il ne comprend pas."

Des candidats sous un nouveau jour. Aucun adulte, aucun journaliste n'était présent dans la salle pendant le tournage. Tout était filmé par de petites caméras cachées dans les bureaux. On peut par exemple voir Emmanuel Macron expliquer la différence entre la droite et la gauche. "Ils ont compris que c'était quelqu'un de nouveau qui balayait un peu les partis. C'était très intéressant de le voir classer lui-même des mesures et expliquer pourquoi elles n'étaient ni à droite ni à gauche, ou à droite de manière assumée", souligne Mélissa Theuriau, qui a aussi vu un Mélenchon armé cette fois d'une réelle "douceur. On découvre quelqu'un de différent".

Les plus petits candidats n'auront en revanche pas voix au chapitre avant le premier tour. "On a voulu caster des enfants qui s’intéressaient vraiment à la chose politique, au débat", se justifie Mélissa Theuriau. "Leur présenter des petits candidats dont ils ne connaissent ni le nom ni le parcours, cela aurait demandé trop de travail, ça n'aurait pas été pertinent."