M6 pense à lancer deux nouvelles chaînes

  • A
  • A
M6 pense à lancer deux nouvelles chaînes
"Nous sommes prêts à démarrer dès le 1er décembre 2011, si nous en avons les autorisations", explique Nicolas de Tavernost, président du directoire de M6.@ MaxPPP Frédéric Dugit
Partagez sur :

Le groupe de Nicolas de Tavernost lance la contre-offensive face à Canal+.

C’est ce qu’on appelle en football du marquage à la culotte. Moins d’une semaine après l’annonce par Canal+ du lancement en novembre prochain d’une nouvelle chaîne gratuite généraliste, M6 réplique, en se disant à son tour prête à lancer deux nouvelles chaînes de télévision gratuites. "Le concurrence ne nous a jamais fait peur", explique Nicolas de Tavernost, président du directoire de M6, dans un entretien au journal Les Echos.

Pour Nicolas de Tavernost, la création de deux nouvelles chaînes permettrait à son groupe de s'approcher d'une "égalité de traitement" avec les groupes TF1 et Canal+, qu’il juge privilégiés, disposant de plus de canaux de diffusions.

Une chaîne féminine et une chaîne familiale

L'une des nouvelles chaînes auxquelles réfléchit M6 est "généraliste plutôt féminine, appelée à être dans le Top 3 des chaînes de la TNT", détaille Nicolas de Tavernost dans Les Echos. Avec cette chaîne, M6 souhaiterait réitérer le succès de W9. La deuxième chaîne envisagée, intitulée M6 Famille, est un projet déjà présenté en 2005 "destiné à offrir des programmes de cinéma, de fictions et de magazines à un public familial".

"Nous sommes prêts à démarrer dès le 1er décembre 2011, si nous en avons les autorisations", ajoute Nicolas de Tavernost, précisant que la première chaîne devrait avoir un budget de 100 millions d’euros, comparable à celui de W9, et la seconde, d’environ 50 millions d’euros.

"La consommation de télévision n’est pas élastique"

Cette annonce s’apparente néanmoins pour l’ex-"petite chaîne qui monte" comme un moyen de montrer ses muscles. Car dans l’absolu, Nicolas de Tavernost prône avant tout une pause dans la création de nouvelles chaînes. Selon lui, "le marché de la télévision en clair ne peut pas accepter sans dégâts, cinq ou six chaînes de plus du fait d'une concurrence accrue sur les audiences, car la consommation de télévision n'est pas élastique".

Autre bémol soulevé patron de M6, "l'accroissement de l'offre fait aussi baisser le prix des écrans publicitaires". En cas de multiplication de nouvelles chaînes sur la TNT, Nicolas de Tavernost est catégorique : il y aura "des accidents et des dégâts collatéraux sur la route".