Lutte contre l'homophobie : après le "mur de la honte", le journal "L'Union" publie son "mur de l'espoir"

  • A
  • A
Lutte contre l'homophobie : après le "mur de la honte", le journal "L'Union" publie son "mur de l'espoir"
Une dizaine de villes ont intedit ces affiches de prévention contre le Sida à destination des homosexuels@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Après la publication de son "mur de la honte" regroupant des messages homophobes, le journal de Champagne-Ardenne publie jeudi un "mur de l'espoir".

Mercredi, le journal local L'Union, qui paraît en Champagne-Ardenne, publiait les commentaires homophobes reçus après la publication d'un article sur les dégradations commises sur des affiches de prévention contre le Sida à Châlons-en-Champagne, dans la Marne. En réponse, la rédaction publie, dans son édition imprimée de jeudi, un "mur de l'espoir" qui regroupe les messages de soutien à cette campagne.

Après le "mur de la honte"... Le journal L'Union a décidé de prendre position dans le débat qui oppose les partisans de la campagne qui montre des couples d'hommes enlacés et ceux qui la dénoncent. Un premier article regroupait une vingtaine de commentaires homophobes provoqués par l'article sur les dégradations des affiches de prévention sous le nom "le mur de la honte".

... "le mur de l'espoir". Jeudi, la rédaction donne la parole à l'autre camp : ceux qui soutiennent cette campagne et luttent contre l'homophobie. "Heureusement, face aux actes et propos à caractère homophobe, d'autres internautes s'opposent à la haine. La rédaction a décidé de les mettre, eux aussi, à l'honneur. Après le mur de la honte, place à celui de l'espoir", peut-on lire dans la version imprimée du journal. "Lamentable, encore des haineux décérébrés", "La bêtise humaine ! Luttons tous contre l'homophobie" ou encore "Bienvenue au Moyen-Âge...", ont écrit des internautes. 



Un choix éditorial. Toutes les éditions de jeudi du journal comportent une page dans laquelle la rédaction explique la réflexion qui les a menés à faire un tel choix éditorial après avoir constaté que de "nombreux internautes déversaient des insanités sur les homosexuels", précise Franceinfo