Les moins de 13 ans ♥ Facebook

  • A
  • A
Les moins de 13 ans ♥ Facebook
@ MAXPPP
Partagez sur :

Près de 20% des 8-12 ans ont menti pour s’inscrire sur le célèbre réseau social, selon une étude.

"Dsl pour tout à l’heure, mon grand frère est un débile". "Pete sa mère, ce dernier jour d’école J". "♥ ♥ ♥". A lire les commentaires laissés sur certains "murs", on se doutait un peu du jeune âge de certains utilisateurs de Facebook. Une étude TNS Sofres* le confirme : près de 20 % des moins de 13 ans ont bien un compte sur ce réseau social, alors que cela leur est théoriquement interdit.

En inscrivant une fausse année de naissance

Les conditions d'utilisation de Facebook stipulent pourtant que "les enfants de moins de 13 ans ne doivent pas s'inscrire".

Mais, en pratique, sur le site, il n’est pas difficile d’enregistrer une autre année de naissance que la sienne. Ainsi, près de 20 % des enfants âgés de 8 à 12 ans ont ouvert un compte sur le célèbre site, estime ce sondage de TNS Sofres.

Reste que cette présence sur le web ne se fait pas en cachette : 97% des moins de 13 ans assurent, en effet, que leurs parents sont au courant.

Les parents veillent

Plus globalement, 55% des 8-17 ans présents sur les réseaux sociaux estiment que leurs parents surveillent leur activité sur ce réseau ("un peu" pour 44% et "beaucoup" pour 11%, contre "pas du tout" pour 44%).

Les enfants, qui ont 210 "amis" en moyenne sur leur réseau selon l'étude, y donnent des informations personnelles, telles que leur vrai nom (90%), une ou plusieurs photos d'eux (88%), le nom de leur établissement scolaire (67%), voire leur adresse postale (27%).

Face à cette pratique qui est donc loin d'être marginale, les associations de parents ont décidé de se pencher sur la question. "Sur le terrain, nous rencontrons des parents qui se sentent démunis", témoigne François Fondard, président de l'Union nationale des associations familiales(l'Unaf), dans le compte-rendu de cette enquête qu’il a commandée.

Les pistes de l’Unaf pour les parents inquiets

Toutefois, "il n'y a pas besoin d'être un expert en nouvelles technologies pour transmettre des principes éducatifs et accompagner son enfant vers l'autonomie", rassure-t-il en donnant quelques pistes à suivre.

D’abord, il est utile "d’essayer d'installer l'ordinateur dans une pièce commune (…) et non dans un endroit isolé". Les parents sont aussi invités à poser des questions à leurs enfants sur leur usage de Facebook : "en vous intéressant à ce qu'il fait (et non uniquement au temps passé sur le réseau) vous lui montrez que vous êtes à son écoute en cas de besoin ou de problème". Les parents sont enfin invités à consulter le guide de la Commission nationale de l'informatique et des Libertés :www.jeunes.cnil.fr sur le paramétrage des comptes sur les réseaux sociaux.

Ce qui peut être toujours utile, quand on sait que "plus d'un tiers des jeunes a déjà été choqué par des contenus violents et que seulement 10% d'entre eux en ont parlé à leurs parents", rappelle l’étude TNS Sofres.

* L'enquête de TNS Sofres a été réalisée par téléphone du 10 au 17 juin 2011, selon la méthode des quotas, auprès d'un échantillon national représentatif de 1.200 enfants et adolescents âgés de 8 à 17 ans. Elle a été publiée lundi à l'initiative de l'Union nationale des associations familiales (Unaf)et de la Commission nationale de l'informatique et des Libertés (Cnil).