Le top 5 des publicités interdites

  • A
  • A
Le top 5 des publicités interdites
@ Captures d'écran Youtube
Partagez sur :

Trop sexy, ou incitant à des comportements répréhensibles, elles ont été censurées. Regardez.

Les marques cherchent de plus en plus à marquer les esprits, mais leurs initiatives ne sont pas toujours les bienvenues. Les plus grandes marques, comme Yves Saint Laurent ou Orangina, mais aussi l’association PETA, ont récemment fait les frais d’interdiction de diffusion. Des décisions prises soit par les chaines de télévision, soit par des organismes comme le CSA. Cibles principales : le sexe, et la violence.

Le dernier en date : les légumes PETA

Le spot. La PETA, célèbre association de défense des animaux, met en scène des femmes très dénudées, qui mangent des légumes de façon très sensuelle, voire sexuelle. "Les végétariens sont meilleurs au lit", assure le slogan.

Regardez :

La polémique. Le spot a été conçu pour être diffusé pendant la finale de football américain dimanche, un évènement regardé par plus de 106 millions de téléspectateurs aux Etats-Unis. Malgré un chèque de 2,1 millions d’euros proposé à la chaîne Fox, cette dernière n’a pas du tout trouvé ces légumes de bon goût. D’autant que le diffuseur connaît l’influence des associations religieuses aux Etats-Unis, pour qui elle avait programmé, l’an dernier, un spot anti-avortement à la mi-temps du Super Bowl.

YSL, pas en odeur de sainteté en Angleterre

Le spot. La dernière publicité pour le parfum Belle d’opium, d’Yves Saint Laurent, montre une Mélanie Thierry vêtue d’une longue robe blanche, et effectuant une chorégraphie sensuelle et endiablée.

Regardez :

La polémique. Diffusée au Royaume-Uni, la publicité a provoqué la colère de nombreux téléspectateurs, qui se sont plaints d’un plan de quelques secondes : celui où Mélanie Thierry pose son index sur son avant-bras. Ce geste simulerait, selon eux, une prise de drogue. Il n’en a pas fallu plus pour que l’ASA, le CSA anglais, n’interdise le spot cette semaine.

Le délire SM d’Orangina

Le spot. Imaginé par l’agence Fred&Farid en 2009, cette publicité pour Orangina rouge n’a jamais été diffusée à la télévision française. Elle montre une panthère en bikini doré, obligeant un homme à se déshabiller, en le menaçant avec un fouet.

Regardez :

La polémique. Le CSA a considéré que le spot reprenait trop les codes du sado-masochisme. D’où la diffusion en France d’une version plus soft, où la panthère oblige simplement l’homme à danser. S’en est suivi un buzz sur Internet, et même une parodie, imaginée par un laboratoire pharmaceutique, qui a fait parler d’elle cette semaine.

Pamela Anderson trop en forme

Le spot. Cette publicité pour Crazy Domains débute avec une Pamela Anderson en tailleur chic, qui termine dénudée et recouverte d’un liquide blanc.

Regardez :

La polémique. Ce sont les associations féministes qui sont montées au créneau contre ce spot, jugé trop sexiste, et n’ayant aucun rapport selon elles avec l’achat de noms de domaine. Au final, retirée des antennes par le CSA australien (ASB), la publicité fut l’un des gros buzz de l’année 2010.

Une tuerie trop réelle

Le spot. Cette publicité pour la Xbox 360 met en scène une tuerie virtuelle dans une gare.

Regardez :

La polémique. Destinée à la France, cette publicité a été interdite par le CSA. Bien que superbement réalisée, elle a été jugée comme incitative à la violence, et pouvant donner l’idée à certains de reproduire dans la vraie vie l’atmosphère des jeux vidéo.