Le replay nous fait rester plus longtemps devant la télé

  • A
  • A
Le replay nous fait rester plus longtemps devant la télé
@ PATRICK HERTZOG / AFP
Partagez sur :

TÉLÉ - Une étude révèle, pour le monde entier, le temps moyen passé devant la télé : 3h13. Ajoutez jusqu'à une demi-heure pour les aficionados du replay !

C'est une minute de moins qu'en 2013 : en 2014, la durée d'écoute individuelle mondiale de la télévision est restée stable, à 3h13 par jour, contre 3h14 un an plus tôt. Un chiffre surprenant, à l'heure où l'on consomme de plus en plus d'images hors des canaux classiques, avec des programmes télé que l'on n'est plus obligé de suivre en direct. 

L'étude One Television Year, réalisée par Eurodata TV Worldwide, étudie les habitudes des téléspectateurs de 100 pays, soit 3,4 milliards de paires d'yeux et 6.300 chaînes. Il en ressort notamment que cette durée d'écoute est surtout portée par les 25-49 ans : les plus jeunes s'écartent en effet de plus en plus de la télé, avec une baisse qui va jusqu'à 12 minutes en Espagne. L'année 2014, riche en évènements sportifs, avec les J.O. de Sotchi et la Coupe du Monde, a contribué à la bonne forme de cette durée d'écoute. 

Le replay nous fait rester plus longtemps devant la télé. Avec l'essor des nouveaux supports pour regarder la télé (tablettes, mobiles et ordinateurs échappent encore aux mesures d'audience), on aurait pu imaginer une baisse mécanique du temps moyen passé devant le petit écran. Selon Eurodata TV Worldwide, le replay nous rend plus addict encore. En France, nous restons face au petit écran 3h36 en moyenne, et 3h41 avec la télévision de rattrapage.

"Au Royaume-Uni, la durée d’écoute TV live est de 3h13 ; avec le différé à 7 jours elle s’élève à 3h40, soit 27 minutes supplémentaires", rapporte l'étude, qui voit dans les comportements Britanniques les futures habitudes de leurs voisins européens. 

La VOD booste la création et l'export. L'étude, intitulée "Le digital redistribue les cartes", note que la VOD, de plus en plus concurrentielle avec par exemple 200 milliards de vidéos vues par an en Asie, stimule la créativité des acteurs des médias et accélère les ventes de programmes.
"En 2010, il fallait 8 mois à une série américaine comme Blue Bloods (CBS Studios International) pour s’exporter dans 5 territoires. En 2015, un mois suffit à la coproduction américano-britannique Fortitude (Sky Vision) pour être diffusée dans 5 pays", indique l'étude.

Une nouvelle donne qui profite à la production française : "Voyez l'engouement pour la série Les Témoins, qui vient d'être diffusée sur France 2, note Frédéric Vaulpré, directeur d'Eurodata TV Worldwide. Le Royaume-Uni vient de la programmer et l'Argentine vient de l'acheter." 

À LIRE AUSSI :

La suite de Twin Peaks, ce sera sans David Lynch

L'américain Netflix se lance à Cuba