Le journaliste David Thomson arrête de travailler sur le djihadisme

  • A
  • A
Le journaliste David Thomson arrête de travailler sur le djihadisme
David Thomson, journaliste et lauréat du prix Albert Londres pour son livre "Les revenants".@ AFP
Partagez sur :

Dans une interview accordée à L'Obs, David Thomson annonce qu'il va quitter la France et devenir correspondant pour RFI aux Etats-Unis.

Parmi les spécialistes du djihadisme, c'est assurément une des figures les plus connues. David Thomson, journaliste et lauréat du prix Albert Londres pour son livre Les revenants, annonce qu'il va laisser de côté cette thématique qui l'a fait connaître. Dans un entretien accordé à L'Obs, il explique : "J'estime que je l'ai épuisée journalistiquement, à mon niveau en tout cas".

"J'avais pronostiqué ces mauvaises nouvelles". Grand reporter au service Afrique de RFI, David Thomson était notamment correspondant en Tunisie au moment du Printemps arabe. Dès 2013, il réalise un premier documentaire pour Arte : Tunisie : La Tentation du Jihad. Les djihadistes, notamment français, vont devenir pour lui une spécialité thématique à laquelle il va consacrer plusieurs travaux, bien avant les attentats de janvier et novembre 2015. "J'avais pronostiqué ces mauvaises nouvelles et les événements sont survenus. À un moment, notamment au début, on me renvoyait l'image d'un type paranoïaque", rappelle-t-il à L'Obs.

Une de ses apparitions dans l'émission Ce soir ou jamais !, en avril 2014, avait notamment été largement partagée après l'attentat de Charlie Hebdo. On y voyait David Thomson expliquer que la France était une cible potentielle pour les djihadistes. Sur le plateau, des invités, comme le sociologue Raphaël Liogier, avaient alors taclé le journaliste en mettant en doute ce qu'il avançait.

Correspondant aux Etats-Unis. Sa dernière enquête, Les revenants, couronné du 1er Prix du livre Albert Londres mardi, est un travail sur le retour en France de jeunes djihadistes, partis plusieurs mois en Syrie ou en Irak. En annonçant à L'Obs avoir décidé "d'arrêter de travailler sur cette thématique", c'est donc une page professionnelle importante que le journaliste tourne. "J'ai essayé de comprendre comment on pouvait devenir djihadiste mais je ne veux pas en faire un feuilleton, ni devenir trop tôt un vieil expert", confie-t-il.

Pour lui, l'avenir va maintenant se jouer outre-Atlantique. "Je serai prochainement correspondant pour Radio-France-Internationale aux Etats-Unis", annonce-t-il.