LCI : quelles offres pour l’avenir de la chaîne ?

  • A
  • A
LCI : quelles offres pour l’avenir de la chaîne ?
@ LCI / Frédéric Berthet
Partagez sur :

TÉLÉ - Promises à disparaître de l’antenne fin 2014, les forces de LCI font l’objet de nombreuses convoitises : groupes de presse, chaînes concurrentes, refonte en interne… Faites vos jeux.

Rien n’a été officialisé mais tout appelle à un écran noir pour LCI au soir du 31 décembre 2014. Si la sombre issue de La Chaîne Info, 20 ans cette année, n’a pas été confirmée par son propriétaire, le groupe TF1, ce dernier s’était montré formel dès 2013 : sans passage sur la TNT gratuite, pas d’avenir pour l’antenne qui a révélé Thomas Hugues ou David Pujadas. Un refus formulé par le CSA fin juillet. 

TF1 s’exprime dans quelques jours. Le 23 septembre, le groupe au logo bleu blanc rouge annoncera ses décisions en comité d'entreprise. Mise en vente ? Plan social ? Investissement d’une partie des moyens de la chaîne pour développer MyTF1News, le site info de la Une ? Seule certitude : la forme actuelle de LCI — disponible sur le satellite et les box — n’est pas tenable et ne survivra pas à la fin du contrat avec les diffuseurs actuels, prévue au 31 décembre 2014.

Le Monde veut LCI. Ou, à défaut, ses moyens. Dans un entretien accordé aux Échos, Matthieu Pigasse, actionnaire du Monde, indique que son trio formé avec Pierre Bergé et Xavier Niel souhaite ajouter l’audiovisuel à son rêve d’un grand groupe médias. Pourquoi LCI ? Gain de temps, répond Pigasse qui espère se payer “des compétences, des talents, un savoir-faire”.

Cette ambition, le trio l’a affichée cet été alors que le CSA n’avait pas encore rendu son avis : sentant qu’il a froissé la Une, Pigasse a, depuis, lâché quelques concessions comme la possibilité de laisser à TF1 la marque LCI ou même envisager une participation minoritaire. Interrogé sur le nombre de salariés qu’il pourrait reprendre, l’actionnaire du Monde a indiqué ne même pas connaître leur nombre actuel, appelant TF1 à communiquer des données financières. Fin de non-recevoir pour l’heure. 

Le Figaro veut LCI (aussi). LCI n’est pas encore à vendre, rappelons-le. Mais Le Figaro “pourrait être intéressé à l’avenir de LCI” et étudie les éléments du dossier, déclaration jeudi du président du Conseil de surveillance du Figaro à l’AFP, soutenu dans la foulée par Marc Feuillée, directeur général du groupe, dans les colonnes du journal.

Les discussions sont au stade “exploratoire”. L’objectif du Figaro ? Comme pour Le Monde : enrichir son offre vidéo, nerf de la guerre de la publicité sur internet. Le journal au cahier saumon privilégie la méthode douce : “Nous discutons avec TF1 en bonne intelligence et non pas contre ses intérêts” affirme, non sans louvoyer, Marc Feuillée

Nous sommes sans nouvelles de BFM et iTélé. Les chaînes 15 et 16 de la TNT étaient vent debout contre l’arrivée d’un concurrent nommé TF1 sur le bouquet gratuit. Avant la décision du CSA, les deux chaînes ennemies avait fait savoir qu’elles étaient prêtes à reprendre une partie des salariés de LCI si celle-ci restait cantonnée au réseau payant. Une offre qui n’a plus été remise sur la table depuis la décision du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel.