LCI gratuite : "sans doute" des pressions du gouvernement pour Alain Weill

  • A
  • A
LCI gratuite : "sans doute" des pressions du gouvernement pour Alain Weill
Alaiw Weill, président de NextRadioTV
Partagez sur :

TÉLÉVISION - Pour Alain Weill, président de NextRadioTV (BFMTV), il y a "sans doute" eu des pressions du gouvernement pour le passage de LCI sur la TNT gratuite.

INTERVIEW

Invité du Grand direct des médias sur Europe 1 vendredi matin, Alain Weill a affirmé que le CSA avait été l'objet de pressions pour favoriser le passage de LCI sur la TNT gratuite dont, "sans doute", des pressions du gouvernement.

Une erreur. Pour Alain Weill, le groupe TF1 a a fait une erreur en refusant son passage sur la TNT gratuite en 2005. "Ils ont fait une erreur ça arrive à tout le monde", pour autant "il n'y a pas de raisons que ça soit nous qui payions les erreurs passées de nos concurrents", a affirmé le président de NextRadioTV, propriétaire de BFM.

"Le CSA nous a donné un gros coup sur la tête". Pour le patron de BFMTV, avec cette décision, "le CSA nous a donné un gros coup sur la tête". éJ'espère" que l'on ne sera pas obligé de licencier, "ça serait une décision terrible", a-t-il ajouté. Alain Weill est également revenu sur sa menace de supprimer 100 emplois si LCI passait en gratuit et a justifié que "ce n'était absolument pas du chantage". La quinzième chaîne compte aujourd'hui 400 salariés dont 250 journalistes.