Ladislas de Hoyos est mort

  • A
  • A
Ladislas de Hoyos est mort
@ MAXPPP
Partagez sur :

VIDEO - L'ancien journaliste de TF1 s'était rendu célèbre en retrouvant la trace de Klaus Barbie.

Plus qu'un journaliste, la France a perdu jeudi un humaniste. Ladislas de Hoyos, mort à 72 ans des suites d'une longue maladie, s'était rendu célèbre pour avoir été le premier à retrouver la trace du "boucher de Lyon", le nazi Klaus Barbie. Et à l'interviewer.

C'était en Bolivie en 1972. Le journaliste, alors à TF1, se rend en Amérique du Sud avec Serge et Beate Klarsfeld, le célèbre couple de "chasseurs de nazis", où ils retrouvent Barbie, renommé Klaus Altman avec des papiers officiels. "Pendant quatre jours nous avons cherché à retrouver Klaus Altman. Il était en prison. Nous avons versé quelques pourboires et puis on s'est retrouvé dans sa cellule", expliquait-il en 1986 dans une interview à France-Soir.

Regardez un reportage de 1982 :

Spécialiste de cette région du globe et de Klaus Barbie, Ladislas de Hoyos questionne alors Altman, qui nie être Barbie, en allemand avant de le piéger. "Et puis tout à coup, au moment où il s'y attendait le moins, je lui ai demandé en français : 'Vous n'êtes jamais allé à Lyon?' - et il m'a répondu d'instinct : 'Non je n'y suis jamais allé'", raconte-t-il alors.

De la traque au procès

Puis il lui fait dire d'autres phrases en français. "Je n'étais pas à la Gestapo", "je n'ai jamais torturé", "je ne connais pas el señor Moulin", face aux photos qui lui sont présentées. Dix ans plus tard, Ladislas de Hoyos couvrira le procès de Klaus Barbie à Lyon, un événement d'ampleur internationale.

Regardez l'enquête de Ladislas de Hoyos :

Ladislas de Hoyos a connu une carrière bien remplie, qui l'a vu passer par France-Soir (1960-1971), l'ORTF (1971-1974) et TF1, à partir de 1974. Sur la Une, Ladislas de Hoyos a été rédacteur en chef des grands journaux du soir ou du week-end, mais les a aussi parfois présentés.

Après une fin de carrière à Antenne 2 et Radio France, il quitte les médias lorsqu'il est élu maire de Seignosse, dans les Landes, en 2001, une fonction qu'il a occupée jusqu'à sa mort.