La lente agonie de MasterChef

  • A
  • A
La lente agonie de MasterChef
Le nouveau jury de MasterChef et Sandrine Quétier@ Starface / TF1
Partagez sur :

TÉLÉ - TF1 a tranché : en raison de ses piètres performances, MasterChef va finir sa course sur NT1. Tragédie en quatre actes pour le concours au succès planétaire.

Quarante. C'est, à peu de choses près, le nombre de pays dans le monde qui produisent MasterChef. Venu du Royaume-Uni, le concours culinaire, ouvert aux amateurs, est un succès planétaire. Problème en France : la nouvelle saison, diffusée depuis le 25 juin sur TF1, n'attire plus. Le concours, qui a rassemblé jusqu'à 6,8 millions de fans lors de ses finales, ne passionne plus que 2,6 millions de Français.

Pas suffisant pour TF1, qui a décidé d'expédier son émission sur NT1 jusqu'à la fin de la saison, ne l'envoie aux oubliettes. Retour en IV actes sur une lente agonie.




Acte I : la saison 2013 dévisse. TF1 a-t-elle cassé son beau jouet avec la saison 4 de MasterChef ? En 2012, la saison 3 du jeu a connu une légère érosion de son audience, après une saison 2 exceptionnelle. C'est un MasterChef revisité qui arrive à l'antenne en quatrième année, avec un nouveau membre dans le jury, un nouveau décor et l'éviction de Carole Rousseau, animatrice historique du programme.

Des rafistolages qui se concluent par une déception : la finale de la saison 4, diffusée le 20 décembre 2013, rassemble 4,4 millions de téléspectateurs. Un an plus tôt, MasterChef pouvait revendiquer plus de 6 millions de fidèles. La Une décide de faire une pause, le temps de réfléchir à une formule gagnante.

Acte II : le "cadeau empoisonné". En septembre 2014, TF1 annonce le retour de MasterChef pour 2015. Nouveau jury, nouvelle présentatrice : bienvenue à Yannick Delpech, Christian Etchebest, Gilles Goujon et Sandrine Quétier. Invitée sur LCI, Carole Rousseau persifle : MasterChef est un "cadeau empoisonné", le retour du programme "l'étonne" compte tenu des "audiences difficiles", si on lui avait proposé ce format elle aurait été "très embêtée".


Le tournage de l'émission démarre sous de bien mauvais auspices : la première séquence, enregistrée à Marseille, est critiquée par de nombreux candidats qui estiment avoir joué les figurants. Ils accusent la production d'avoir manipulé la première étape des éliminations. Sur Europe 1, Angélique Sansonnetti (Shine France) a nié en bloc toute accusation de bidonnage.

Acte III : TF1 hésite à déprogrammer. 2,6 millions de téléspectateurs et des parts de marché à moins de 14% : la cinquième saison de Masterchef, lancée le 25 juin dernier, ne brille pas. La contre-performance du premier épisode interpelle TF1, mais la chaîne décide d'attendre avant d'annoncer une déprogrammation.

Sur Europe 1, Fabrice Bailly, directeur des programmes de TF1, reconnait qu'il sera "compliqué" de garder le jeu en prime-time avec de tels scores, mais il n'enterre pas encore le programme.


Fabrice Bailly : "TF1 n'est pas du tout dans le...par Europe1fr

Acte IV : au revoir MasterChef. La saison 5 de MasterChef constitue les deux pires audiences de TF1 en prime-time en 2015. La régie publicitaire a divisé par deux le prix de ses écrans publicitaires. Mardi 6 juillet, après un deuxième épisode aux audiences poussives, la Une envoie la cinquième saison du jeu finir sa course sur NT1. TMC, qui va lancer son propre concours de cuisine, n'a pas voulu brouiller les cartes en accueillant un autre programme sur la même thématique.

MasterChef va rejoindre NT1 dans trois semaines, un délai imposé par les règles qui régissent les déprogrammations. "Il semble totalement improbable que la marque MasterChef revienne un jour à l'antenne", a estimé Jérôme Ivanitchenko mardi matin sur Europe 1.