Julien Courbet : "Me retrouver à la tête de 'Capital' est une très grande fierté"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Chez Philippe Vandel, le nouvel animateur de M6 évoque sa rentrée à la tête du magazine économique historique de la chaîne.

INTERVIEW

Homme de télévision, de radio et de spectacle, Julien Courbet a été une des attractions du mercato télé de cet été. Après quatre ans sur C8, l'animateur a rejoint le groupe M6il prend notamment la tête de l'émission Capital. Il évoque sa rentrée chez Philippe Vandel.

"Maintenant il y a des invités". "C'est un programme emblématique, passionnant. Me retrouver à la tête de Capital est une très grande fierté et une nouvelle façon de travailler pour moi", confie l'animateur au micro d'Europe 1. "Je l'ai su avant de signer (sur M6, ndlr), c'est ce qui a fait basculer les choses", commente Julien Courbet.

Il prend la suite de Bastien Cadeac, qui a animé l'émission entre 2016 et 2018. Avec son arrivée, Julien Courbet veut aussi redynamiser le programme. Plusieurs nouveautés vont être apportées à Capital, dès la première, dimanche soir. "Maintenant il y a des invités, avant, ce n'était pas le cas", souligne le journaliste. Autre changement, de taille, la possibilité de couper le sujet diffusé pour évoquer des séquences avec l'invité. "Je peux couper le reportage à n'importe quel moment. Je fais pause et je demande à l'invité de commenter ce qu'il vient de voir", détaille l'animateur. "On pense que c'est intéressant d'être à l'instant T dans la réaction, et de ne pas attendre 25 ou 30 minutes de reportage", justifie Julien Courbet.

"Il n'y aura pas de censure et aucune concession". Interrogé au sujet d’éventuelles pressions d'annonceurs - Capital étant un magazine sur l'économie - Julien Courbet a tenu à couper court à toutes rumeurs de consignes vis-à-vis des annonceurs. "Il n'y en a aucune", affirme l'animateur. "On va jusqu'au bout et il n'y aura pas de censure et aucune concession", promet-il. Quant aux objectifs d'audiences, Julien Courbet est prudent. "L'idéal ? Faire un peu plus", confie-t-il sans rentrer dans les détails.