"Juif ou pas juif", l'appli qui dérange

  • A
  • A
"Juif ou pas juif", l'appli qui dérange
Une application pour iPhone qui recense les personnalités juives fait polémique.
Partagez sur :

Le créateur cette application se défend de tout antisémitisme. Des associations ont porté plainte.

Juif ou pas juif ? Pour 0,79€, cette application pour iPhone vous permet de savoir si votre star préférée ou votre député est d'origine ou de confession juive. Un scandale pour les associations juives. Le concepteur de l'appli lui ne comprend pas la levée de boucliers.

Jésus-Christ parmi les "Juifs populaires"

Mise en ligne début août, l'application a connu un succès phénoménal grâce à la polémique : en quelques heures mardi, "Juif ou pas juif ?" s'est hissé au troisième rang du Top 25 des applications payantes de l'iPhone. Elle permet de faire une recherche par nom ou par catégorie mais aussi de découvrir les "Juifs populaires" - dont Jésus-Christ - ou une personnalité "au hasard".

appli iphone juif pas juif DR 930620

© DR

Les associations juives se sont dites scandalisées. SOS Racisme a annoncé son intention de porter plainte contre le créateur de l'application et demande à Apple de la retirer sans délai, sous peine d'être poursuivi aussi. L'Union des étudiants juifs de France ne portera pas plainte mais a demandé "un rendez-vous en urgence à Apple France".

"Il n'y a rien de nouveau"

Johann Lévy, l'ingénieur qui a créé l'application, se défend quant à lui de toute volonté antisémite.Mardi soir sur Europe 1, il a expliqué qu'il n'avait fait que "consolider et vérifier autant que je pouvais les données trouvées sur Internet". "Mais il n'y a rien de nouveau. Ce qui est nouveau, c'est le support qui est l'iPhone", s'est-il défendu.

"S'il y a un problème légal, l'application sera retirée"

Pourtant, en établissant une liste de personnalités en fonction de leur religion, sans leur consentement, Johann Lévy s'est placé hors la loi. Le code pénal prévoit en effet cinq ans de prison et 300.000 euros d'amende pour "le fait, hors les cas prévus par la loi, de mettre ou de conserver en mémoire informatisée, sans le consentement exprès de l'intéressé, des données à caractère personnel qui, directement ou indirectement, font apparaître (...) les opinions (...) religieuses". "Je ne pensais pas à mal en faisant cette application. Mais s'il y a un problème légal, l'application sera retirée c'est évident", a annoncé Johann Lévy sur Europe 1. Apple, considéré comme éditeur et non pas hébergeur de l'application, risque les mêmes sanctions.

> Johann Lévy était l'invité de Des clics et des claques. Une émission à réécouter en cliquant ici.