Hémorragie à Canal+ : 200.000 abonnements en moins au premier trimestre

  • A
  • A
Hémorragie à Canal+ : 200.000 abonnements en moins au premier trimestre
Selon le site Les Jours, la "méthode Bolloré" a fait fuir les abonnés de Canal+.
Partagez sur :

La chaîne aurait enregistré une perte nette de 200.000 abonnés en seulement trois mois d'après "Les Jours", qui cite un document interne confidentiel.

L'hémorragie continue à Canal+. De janvier à mars 2016, la chaîne a perdu près de 200.000 abonnements, révèle mercredi le site d'informations Les Jours, qui s'est procuré un document interne classé confidentiel.

Une perte énorme et des perspectives inquiétantes. Ce rapport, émis par la direction finance et performance, indique que le groupe Canal+/CanalSat ne compte plus que 7,339 millions d'abonnés en mars, contre 7,535 millions en décembre 2015. Le document précise que 381.000 abonnements ont été résiliés en trois mois, et que seulement 185.000 nouveaux contrats ont été enregistrés. "C’est, en un seul trimestre, la moitié de ce qu’a perdu Canal+ tout au long de 2015 (405.000 abonnements envolés). Et la tendance ne va pas en s’améliorant puisque (...) les recrutements d’abonnés ont chuté de 37 % par rapport à mars 2015", précise encore Les Jours.

Ces mauvais résultats pour la chaîne cryptée confirment les propos alarmistes de Vincent Bolloré il y a moins d'une semaine. L'industriel breton, président des conseils de surveillance de Vivendi et du groupe Canal +, a déclaré jeudi 21 avril : "Si les pertes continuent, il y a un moment où il faudra arrêter le robinet, parce que Vivendi ne pourra pas apporter de l'argent indéfiniment à Canal+". 

La perte opérationnelle des chaînes payantes de Canal+ en France "peut être de plus de 400 millions d'euros en 2016 si on ne réagit pas", a souligné Stéphane Roussel, le directeur général en charge des opérations de Vivendi, après une perte de 264 millions d'euros en 2015. "Est-ce que ça vaut la peine de sauver Canal+ ? Moi personnellement je réponds oui", a assuré Vincent Bolloré devant les actionnaires. Mais "ça dépend combien de temps", lançait-il encore.