Grève à France Télé : le site et la chaîne franceinfo perturbés

  • A
  • A
Grève à France Télé : le site et la chaîne franceinfo perturbés
Partagez sur :

L'appel à la grève intersyndical a été lancé à France Télévisions pour protester contre les coupes budgétaires envisagées par le gouvernement.

La chaîne d'info franceinfo n'émettait pas ses programmes habituels mardi et le site internet franceinfo.fr n'était pas mis à jour en raison de l'appel à la grève intersyndical à France Télévisions pour protester contre les coupes budgétaires envisagées par le gouvernement. Sur France 2, l'émission Télématin a été diffusée normalement et à Radio France, où la CGT appelait à la grève, les programmes étaient peu perturbés.

Rassemblement devant l'Assemblée nationale. Les syndicats CGT, CFDT, FO et le SNJ de France Télévisions ont appelé "tous les salariés de l'audiovisuel public" à faire grève "pour s'opposer aux nouvelles coupes budgétaires annoncées par le gouvernement, aux suppressions d'emplois sauvages et à la diminution de programmes et d'éditions d'information". Un rassemblement est prévu devant l'Assemblée nationale à partir de 13 heures alors que s'ouvre l'examen du projet de loi de finances.

Baisse de budget en 2018. Le gouvernement a annoncé fin septembre une baisse pour 2018 du budget de l'audiovisuel public, en particulier celui de France Télévisions, avec une réduction de 50 millions d'euros par rapport au contrat d'objectifs et de moyens (COM) signé par le groupe avec l'ancien gouvernement. L'introduction la semaine dernière d'un amendement qui prévoit de réduire cette coupe de 20 millions d'euros n'a pas été jugée suffisante pour les organisations syndicales. "La quasi-totalité des journalistes qui alimentent le site du côté de France Télévisions" étaient en grève mardi, selon un texte de cette rédaction publié sur internet. Ils se mobilisent car "plusieurs postes cruciaux pour notre rédaction sont menacés" alors que "des objectifs ambitieux nous ont été fixés", devenir numéro un des sites d'info. "Sans moyens supplémentaires, cet objectif semble inatteignable", écrit la rédaction du site.



Des CDD non réembauchés. Un rassemblement des journalistes, et notamment des rédacteurs - ce qui est assez rare -, était prévu en fin de matinée devant le siège de France Télévisions mardi pour protester contre la suppression des CDD, selon une journaliste. Un courrier demandant à la direction "d'apporter une solution viable", signé par une soixantaine de journalistes, circulait dans les services, de même source. La direction a fait savoir en interne qu'une cinquantaine de CDD, dont certains travaillent régulièrement à France 2 et France 3, ne seront pas réembauchés avant la fin de l'année, une décision qui n'est pas liée aux coupes budgétaires mais parce que les crédits alloués ont tous été utilisés pendant la campagne présidentielle, a indiqué une source proche du dossier.