Gilles Bouleau : "il faut s’éloigner de ce qui peut être une campagne officielle"

  • A
  • A

Partagez sur :

TF1 lance "Demain Président" lundi prochain, un nouveau rendez-vous politique. 

INTERVIEW

La première chaîne lance "Demain Président" lundi prochain, un nouveau rendez-vous politique. A 16 jours du premier tour de l'élection présidentielle, le présentateur du journal de 20 heures présente les grands traits de ce nouveau programme sur Europe 1. 

20 minutes pour découvrir autrement les candidats. Dans un décor très semblable à celui de l’Elysée, "un trompe-l’œil" en fait, "une séquence de 20 minutes" sera diffusée pour mieux connaître les candidats à l’élection présidentielle. Tous les candidats ont déjà accepté le principe de l’émission. "Il faut s’éloigner de ce qui peut être une campagne officielle, obligée et guindée", estime Gilles Bouleau vendredi matin sur Europe 1. "Donc, tout ce qui peut concourir à quelque chose de vivant, d’intéressant et de concret doit être tenté. On s’est réunis de multiples fois pour Demain Président pour trouver le fond, la forme, la direction artistique […]

Le débat à 11 un peu "cacophonique" mais "pertinent". Interrogé sur le premier débat à 11, Gilles Bouleau est partagé. "J’ai pensé que c’était intéressant, vif, parfois totalement cacophonique", explique-t-il. "Nous de manière rigoureuse, on a tenté de traduire tous les points des candidats dans le concret" depuis le début de la campagne. "On a essayé de demander aux vrais électeurs ce qu’ils pensaient des programmes des candidats".