Géraldine Pailhas sur "Marseille" : "J'ai ressenti de l'attente, de l’excitation, de la méfiance"

  • A
  • A
Partagez sur :

Géraldine Pailhas joue une violoncelliste marié à Depardieu dans la série Marseille, créée par Netflix. Elle était l'invité de David Abiker, samedi.

INTERVIEW

La comédienne Géraldine Pailhas est originaire de Marseille, même si elle n'a jamais eu le fameux accent. Une ville qu'elle retrouve dans la série éponyme créée par Netflix. Elle y joue la femme du maire, campé par Gérard Depardieu. La comédienne était l'invité de David Abiker, samedi dans C'est arrivé cette semaine.

Retour dans sa ville. L'actrice n’avait jamais tourné dans la cité phocéenne, sa ville de cœur. "Chaque jour, je me suis demandée pourquoi j'en étais partie." Une impression qui l'a poursuivie ces derniers jours quand elle présentait la série en avant-première. Marseille, la série, est un produit innovant dans le paysage audiovisuel française quant à son système de diffusion : d'ores et déjà disponible sur Netflix, le programme sera diffusé sur TF1 le 12 mai.

Grosse promotion. Cette spécificité change un peu la donne. La puissance Netflix, "je ne l'ai pas senti pendant la fabrication parce que c'était une production française chapeautée par Netflix. En revanche, au moment de la promotion, j'ai senti qu'il y avait une espèce de machine qui me dépassait complètement, qui m'a beaucoup amusé", relève la comédienne, qui précise ne pas avoir subi de "pressions" mais plutôt ressenti "de l'attente, de l’excitation, de la méfiance".

De la méfiance peut-être aussi due à l'accueil plutôt froid des internautes, qui n'ont pas manqué de faire connaître leur avis sur Twitter, voire de carrément flinguer la série.







Twitter plus vite que leur ombre. Des critiques qui n'ont évidemment pas fait plaisir à Géraldine Pailhas. "J'ai l'impression que la majeure partie des internautes sont capables de twitter à la seconde, donc à quel endroit, est-ce qu'ils peuvent vraiment apprécier ?", s'est-elle offusquée, avant de se raviser légèrement : "C'est aussi quelques chose que je peux apprécier."