Georges Fillioud, le père des radios libres

  • A
  • A
Georges Fillioud, le père des radios libres
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'ancien journaliste et ministre de la Communication est mort jeudi à l'âge de 82 ans.

"Messieurs les télécrates bonsoir ! Bonjour la liberté !" A la tribune de l'Assemblée nationale ce 26 avril 1982, Georges Fillioud défendait le projet de sa vie. Cet ancien journaliste, devenu ministre, allait devenir le père des radios libres. Georges Fillioud est mort jeudi à l'âge de 82 ans.

Du journalisme à la politique

Né en 1929, Georges Fillioud commence sa carrière sur Europe 1. Il reste dix ans, de 1956 à 1966, dans la station de la rue François 1er. Délaissant les micros, Georges Fillioud se tourne ensuite vers la politique, rejoignant la Convention des institutions républicaines de François Mitterrand, puis le Parti socialiste.

Après l'élection de François Mitterrand, Georges Fillioud est nommé ministre de la Communication. Il entame alors son combat pour la libéralisation de l'audiovisuel. A l'Assemblée nationale, il plaide pour "la séparation de la télévision et de l'Etat". L'ancien journaliste obtient gain de cause  et le monopole d'Etat est supprimé. De nombreuses radios libres et des chaînes de télévision privées voient alors le jour.

"Messieurs les télécrates bonsoir ! Bonjour la liberté !" :

Georges Fillioud occupe des fonctions au sein du gouvernement jusqu'en 1986 puis s'éloigne de la sphère politique. En 1990, il est nommé à la tête de l'INA, qu'il quittera en 1994, atteint par la limite d'âge. Entre 1999 et 2002, il préside l'assemblée générale de la chaîne franco-allemande Arte.

Depuis 1996, Georges Fillioud était marié à l'actrice Danièle Evenou.