Front national : Mélenchon met en cause BFMTV

  • A
  • A
Front national : Mélenchon met en cause BFMTV
Jean-Luc Mélenchon.@ Capture BFMTV
Partagez sur :

INTOX - Le leader du Front de gauche a accusé la chaîne d'avoir trop donné la parole au Front national, tout en citant un chiffre erroné.

Une question qui fâche. Une fois n'est pas coutume, Jean-Luc Mélenchon a accusé des journalistes. Invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV lundi matin, le leader du Front de gauche a mis en cause... BFMTV, à propos du temps de parole donné par la chaîne d'information au Front national. "Pour une fois que ce n'est pas le Front National qui parle ici, c'est moi", a d'abord lancé Jean-Luc Mélenchon. Sommé par Jean-Jacques Bourdin de s'expliquer sur cette allusion, il a répondu : "le CSA a établi que sur la question des municipales, BFM TV avait donné la parole 46% du temps au Front National, et 0% aux autres".

>> Regardez cet échange tendu :



"C'est une accusation que je ne peux pas accepter au nom de la chaîne", a rétorqué Jean-Jacques Bourdin. "La parole qu'on a donnée au Front national, c'était une parole critique", a-t-il ensuite expliqué. "C'était des enquêtes sur le Front national et son incapacité à trouver des candidats". "Ce qui m'étonne, c'est que vous repreniez ces accusations sans aller dans la profondeur", a ajouté le journaliste.

Un chiffre faux et incomplet. De fait, Jean-Luc Mélenchon a tort. Le leader du Front de gauche voulait visiblement mentionner un chiffre rendu public en mars par le Conseil supérieur de l'audiovisuel. Il apparaissait que sur la période du 10 février au 7 mars, BFMTV avait consacré 43% (et non 46%, comme le dit Mélenchon) du temps de parole des élections municipales au FN. Sauf qu'il s'agissait de la part du temps de parole portant uniquement sur les enjeux nationaux du scrutin, ne prenant donc pas en compte les prises de parole au niveau local.

Or, cette surreprésentation du FN est surtout liée à la diffusion d'un sujet sur les candidats "malgré eux" présentés par le parti frontiste aux municipales, s'est défendu la chaîne. "On a largement traité ce sujet-là en allant recueillir des témoignages de ces personnes qui se disaient dupées par le Front national, et on a donné la parole à Marine Le Pen et à Florian Philippot pour répondre à ces accusations", a justifié Hervé Béroud, directeur de l'information de BFMTV, le 19 mars sur Europe 1. "C'est ce qui explique ce chiffre qui était anormal au 7 mars, mais qui représente seulement 23 minutes pour le Front national, c'est à dire une part infime de notre traitement". Des explications que Jean-Luc Mélenchon n'avait visiblement pas écoutées.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

TEMPS DE PAROLE - Trop de FN sur BFMTV pour le CSA

MUNICIPALES - Quand le FN trompe ses "colistiers"

INTERVIEW E1 - "BFM TV n'est pas une chaîne d'opposition"