France 2 se sépare de son directeur exécutif dans un contexte d'audiences en berne

  • A
  • A
France 2 se sépare de son directeur exécutif dans un contexte d'audiences en berne
Les audiences de France 2 ont atteint un plus bas historique en septembre.
Partagez sur :

La chaîne publique souffre sur ses programmes de l'après-midi.

France 2 a annoncé mercredi qu'elle se séparait de son directeur exécutif, Vincent Meslet, en raison de "divergences sur la stratégie", alors que l'audience de la chaîne a atteint un plus bas historique en septembre. "D'un commun accord, Delphine Ernotte Cunci et Vincent Meslet mettent fin à leur collaboration en raison de divergences sur la stratégie. Caroline Got assure l'intérim de la direction exécutive de France 2 à compter de ce jour", écrit le groupe audiovisuel public dans un communiqué.

"Pas de déprogrammations" prévues. Vincent Meslet, ancien directeur éditorial d'Arte France, avait été recruté à la tête de France 2 par Delphine Ernotte il y a un peu plus d'un an. Caroline Got, une ancienne du groupe TF1, actuellement directrice de la stratégie et des programmes de France Télévisions, avait été embauchée au même moment. "Caroline Got ne prévoit pas de grands bouleversements, il n'y a pas de déprogrammations ou de changements d'animateurs de prévu", a assuré la direction de France Télévisions, qui ne lie pas officiellement le départ de Vincent Meslet aux mauvaises audiences.

Des nouveautés décevantes. L'audience moyenne de France 2 est tombée à 12,5% en septembre (-1,9 point sur un an), son plus mauvais score historique, d'après les données de Médiamétrie. Une mauvaise performance due aux faibles audiences de l'après-midi. La chaîne a complètement repensé à la rentrée les programmes de ses après-midis, en perte de vitesse. Mais cette nouvelle grille ("Mille et une vies", "Visites privées", "Amanda", "Actuality") a peiné à trouver son public.

Vincent Meslet avait réussi à faire progresser les audiences d'Arte avec des fictions à la fois populaires et audacieuses, comme les séries "Borgen" d'Adam Price et "Top of The Lake" de Jane Campion, ou "P'tit Quinquin" de Bruno Dumont. Il avait auparavant dirigé la fiction de France 3, où il avait lancé "Plus belle la vie"