Eurovision : ils l'ont fait, ils le regrettent peut-être

  • A
  • A
Eurovision : ils l'ont fait, ils le regrettent peut-être
Céline Dion en 1988 à l'Eurovision@ D.R.
Partagez sur :

#EUROVISION - Chanter devant 200 millions de téléspectateurs marque une carrière musicale. Mais pour certains candidats, l'Eurovision peut devenir un boulet...

L'Eurovision portera-t-il chance à Lisa Angell ? Réponse samedi avec la soixantième édition du concours européen de la chanson. D'ici là, la candidate française aura peut-être jeté un œil aux différentes prestations francophones des dernières années. Gare aux yeux, aux oreilles et aux accidents de carrière : l'Eurovision peut parfois se révéler un cadeau empoisonné.

Looks improbables, chorégraphies hésitantes, échecs historiques : une poignée de candidats voudraient peut-être voir ces images disparaître à jamais…


Twin Twin, la défaite française. Souvenez-vous : ils voulaient une moustache. La victoire leur est passée sous le nez, et pas qu'un peu : en 2014, année du sacre de la chanteuse à barbe Conchita Wurst, les membres du groupe Twin Twin, représentants de la France à Copenhague, finissent au bas du classement. Avec deux malheureux points, les Twin Twin signent le pire score français à l'Eurovision. Depuis leur chaîne YouTube officielle n'affiche aucune activité.



Sandra Kim, marquée à vie. Son parcours est à l'exact opposé de celui des Twin Twin : en 1986, Sandra Kim, 13 ans, remporte l'Eurovision avec J'aime la vie. Le succès est immense en Belgique. Tellement immense que, 30 ans plus tard, et malgré 7 albums et une carrière bilingue avec des disques en flamand, Sandra Kim reste encore associée à J'aime la vie.



Dans l'impossibilité d'imposer un nouveau tube, Sandra Kim continue à exploiter son hit de 1986. Elle a reproduit, 25 ans après, son clip pour la publicité d'une société d'assurance. On l'a aussi entendue réenregistrer sa chanson, rebaptisée J'aime le blanc, pour vendre une célèbre lessive…



Monaco boude l'Eurovision après la Coco Dance. "Ého, coco dance, é upa upa aroha / Ého, coco dance, é ori aroha"... Un coup d'oeil sur la vidéo ci-dessous devrait imprimer ce refrain dans votre esprit pour le reste de la journée. En 2006, fraîchement licenciée de M6, Séverine Ferrer tente de rebondir dans la chanson et représente Monaco à l'Eurovision avec la Coco Dance, une chanson pour danser, au décorum tahitien. Éliminé en demi-finale, Monaco n'a depuis plus jamais envoyé aucun candidat à l'Eurovision.



Céline Dion méconnaissable. Oubliez le Titanic, les concerts pharaoniques à Las Vegas et les ballades de Jean-Jacques Goldman. En 1988, Céline Dion, 20 ans, enchaîne les 45 tours, sans grand succès, en France et au Québec. Brune, frisée, sourcil fourni : les téléspectateurs de l'Eurovision, qui la découvrent représentant la Suisse, sont loin d'imaginer l'incroyable mue qui attend la chanteuse. Sept ans après sa victoire, Céline Dion, métamorphosée, vend 10 millions de copies de son album D'eux. Un succès qui n'enlève rien à ces images collector, l'occasion de se rappeler qu'on peut remporter un concours en veste à épaulettes et jupe tutu. 



Marie Line, la claque. En 1997, la France récoltait 95 points. L'année suivante ? Trois malheureux points ! En cause : "Où aller", titre d'une jeune chanteuse inconnue prénomée Marie Line. Jusqu'à 2014 et la performance des Twin Twin, cette artiste, dont la carrière n'a pas décollé par la suite, pouvait revendiquer le record du pire score de la France à l'Eurovision.