Européennes : un casse-tête pour les chaînes TV

  • A
  • A
Européennes : un casse-tête pour les chaînes TV
Claire Chazal et Gilles Bouleau présenteront la soirée électorale de TF1.@ TF1
Partagez sur :

SOIRÉES ELECTORALES - Les règles électorales de l'Union européenne interdisent de donner les résultats officiels avant la fermeture de tous les bureaux de vote. Une difficulté pour les chaînes.

Un timing compliqué. Peu de Français disent s'intéresser aux élections européennes de dimanche. Pour les chaînes de télévision qui couvriront le scrutin, il sera d'autant plus compliqué de réveiller cet intérêt que la publication des résultats est encadrée par des règles très strictes. En effet, aucun résultat officiel ne pourra être donné avant 23 heures dimanche soir. Ce qui n'empêchera pourtant pas les médias de divulguer des chiffres avant l'horaire fatidique.

La règle… Comme pour chaque élection en France, aucune tendance ne pourra être diffusée avant 20 heures, horaire de fermeture des derniers bureaux de vote. Une règle que les médias devront respecter, sous le contrôle du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). Mais pour le scrutin de dimanche, la réglementation est encore plus serrée, puisque comme pour les scrutins précédents, la diffusion de tout résultat définitif sera interdite avant la fermeture des derniers bureaux de vote en Europe. En 2009, les bureaux italiens avaient fermé à 22 heures. Cette année, ce sera encore plus tard, puisque les électeurs italiens pourront se rendre aux urnes jusqu'à 23 heures.

Pays Bas vote européennes

© Reuters

…et la pratique. Mais il y a un "mais". "Avant 23 heures, les médias pourront tout de même donner des estimations", explique à Europe 1 Francine Mariani-Ducray, conseillère du CSA en charge du pluralisme et des campagnes électorales. Autrement dit, à partir de 20 heures, ils publieront des tendances fournies par les instituts de sondage. "Les chaînes ne sont donc pas condamnées au silence entre 20 heures et 23 heures", assure la conseillère du CSA.

C'est cette différence subtile entre "résultats" et "estimations" qui permettra aux chaînes d'assurer leurs habituelles éditions spéciales. "En réalité, ce sera peu différent de d'habitude, puisqu'à chaque soirée électorale, les chiffres que nous donnons à 20 heures sont des estimations issues des premiers dépouillements", explique Christophe Jakubyszyn, chef du service politique de TF1, joint par Europe 1.

Des éditions spéciales plutôt brèves. La Une n'attendra de toute façon pas les résultats définitifs de 23 heures pour rendre l'antenne. En effet, TF1 ne consacrera qu'un peu plus d'une heure aux européennes en début de soirée, laissant la place à son film du dimanche soir vers 21 heures. Parce que l'audience risque d'être faible ? "Je pense surtout qu'à 21 heures, on aura dit l'essentiel de ce qu'on peut tirer des estimations", répond Christophe Jakubyszyn. "Après, il ne faut pas oublier que deux tiers des gens n'iront probablement pas voter dimanche", concède-t-il. "Mais nous ferons une soirée électorale pour tout le monde, y compris les abstentionnistes". De son côté, France 2 prévoit d'arrêter son édition spéciale autour de 22h30. Là aussi, avant les résultats définitifs.

01/10/2013 Camion BFMTV e1default

UMP ou FN, qui sera premier ? Quant aux chaînes d'information, elles devront donc, elles aussi, uniquement parler d'"estimations" jusqu'à 23 heures. "Nous serons très clairs sur la nature des chiffres que nous donnerons à l'antenne", assure Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV."Mais nous aurons des estimations suffisamment claires et fiables, que nos invités politiques pourront donc commenter". Il admet cependant une difficulté : "d'après les sondages, les chiffres risquent d'être serrés entre les scores de l'UMP et du FN. Nous serons donc très prudents sur ce point".

Reste l'étrangeté de ces règles, dans le contexte d'une élection qui se déroule sur quatre jours dans 28 pays. Aucun résultat ne pourra être donné avant dimanche soir… alors que certains pays auront déjà voté depuis trois jours. C'est le cas du Royaume-Uni et des Pays-Bas, où le scrutin a commencé jeudi. "Il y a un décalage croissant entre ces règles qui entourent la publication des résultats et la réalité", reconnaît Thierry Arnaud. "On sait très bien que certains vont chercher les résultats sur les réseaux sociaux avant l'horaire officiel". D'où l'impression d'un anachronisme dans les contraintes imposées aux chaînes. "Il faudra un jour en tenir compte", conclut le journaliste.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

CLIPS DE CAMPAGNE - Voyage au bout de l'ennui

PORTRAITS - Ils sont les futurs visages de l'Europe

ON VOUS DIT TOUT - Ce que l'Europe change vraiment dans votre vie

ON BALANCE - Le Parlement européen, machine à recycler de l'UMP

DANS LES FAITS - L'UE se mêle-t-elle de tout ?