Entretien de Fleur Pellerin : Le Monde présente ses excuses

  • A
  • A
Entretien de Fleur Pellerin : Le Monde présente ses excuses
@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Le quotidien explique mercredi que l'article n'avait "pas achevé son circuit éditorial" et "n'avait pas été relu par la rédaction en chef".  

Le Monde a reconnu avoir "publié en ligne par erreur" mardi à 11 heures un entretien avec la ministre de la Culture Fleur Pellerin, retiré de son site une heure plus tard, et a présenté ses "excuses".

Réaction de Pellerin. "Nous avons publié en ligne, par erreur, mardi 1er décembre, un entretien avec Fleur Pellerin", écrit le quotidien mercredi sur son site, dans un message "à ses lecteurs" précédant un portrait de la ministre de la Culture et de la Communication. L'article, intitulé "Christiane (Taubira) cite René Char, moi je sais gagner mes arbitrages", avait suscité une réaction de Fleur Pellerin qui avait écrit sur son compte Twitter : "Phrase de titre jamais prononcée. Article retiré par @lemondefr. Dont acte".

Une "erreur". Selon le journal, "cet article n'aurait pas dû être diffusé sous cette forme : il n'avait pas achevé son circuit éditorial et n'avait pas été relu par la rédaction en chef". "De plus, poursuit Le Monde, les propos de Mme Pellerin avaient été recueillis au cours d'une rencontre qui n'était pas destinée à déboucher sur un entretien mais devait servir à nourrir un portrait de la ministre". "Le compte-rendu sous forme de questions-réponses qu'en a tiré notre journaliste était donc imprécis sur plusieurs points", ajoute-t-il. "Nous prions nos lecteurs ainsi que la ministre de nous excuser pour ces erreurs, de rédaction et de publication", écrit encore le quotidien qui publie "le portrait de Mme Pellerin initialement commandé".

Un portrait revisité. "Christiane (Taubira) cite Édouard Glissant ou René Char. Ma force à moi, c'est que je connais bien l'administration. Je sais gagner mes arbitrages", affirmait la ministre dans "l'entretien" initialement publié. Des propos qui ne lui sont plus attribués dans le portrait, le journaliste Laurent Carpentier écrivant pour sa part en incidente "les citations d'Edouard Glissant ou de René Char, ce n'est pas pour elle". Ont également disparus des propos où, interrogée sur son avenir en dehors du gouvernement, Fleur Pellerin répondait qu'elle ne voyait pas "où va le Parti socialiste, où vont Les Républicains..."