"Destination Eurovision" : le télé-crochet qui veut faire gagner la France

  • A
  • A
"Destination Eurovision" : le télé-crochet qui veut faire gagner la France
@ France 2
Partagez sur :

France 2 propose un nouveau programme, diffusé sur trois soirées, au cours duquel le prochain candidat de la France à l'Eurovision sera choisi.

La France se cherche un candidat pour l'Eurovision 2018 et, pour la première fois depuis l'édition 2014, la délégation française a décidé de le faire sous la forme du télé-crochet. France 2 propose les 13 janvier, 20 janvier et 27 janvier, trois soirées pendant lesquelles des jurys et les téléspectateurs seront amenés à faire un choix parmi 18 artistes.

L'arrivée du jury international. Déjà en 2007 et 2014, la délégation française et France Télévisions avaient opté pour ce mode de désignation où le public a son mot à dire parmi un panel d'artistes.

Mais cette fois-ci, les choses sont différentes. Même si les téléspectateurs pourront à nouveau choisir leur candidat préféré, comme en 2014, c'est surtout l'arrivée d'un jury international qui marque un virage important. Pour les demi-finales de Destination Eurovision, ce sont ainsi un jury francophone (Amir, Isabelle Boulay, Christophe Willem) et un jury international (chef des délégations suédoises, italienne et biélorusse) qui détermineront les qualifiés. Et pour la finale, le vainqueur sera désigné par le vote du public, mais aussi par celui du jury international (composé de sept membres en plus des trois précédents). L'avis du trio français lui, ne comptera pas.

La France reproduit ainsi fortement ce qui se fait en Suède depuis 1959, avec le Melodifestivalen ("Le festival de la chanson"), dans lequel le public et un jury désignent le candidat du pays du nord de l'Europe.


Un candidat populaire estampillé "Eurovision". Deux raisons à ce changement de stratégie. Tout d'abord, fort de la sixième place d'Amir en 2016 et du succès du chanteur dans l'hexagone, la délégation française souhaite à nouveau créer un réel engouement autour de son prochain candidat. Avec trois primes exposés à quelques semaines du concours de l'Eurovision, elle s'assure un rendez-vous pour créer du lien entre le futur gagnant et le public. Dispositif à même de susciter cette ferveur souhaitée.

Quant à l'arrivée de membres étrangers dans le processus de désignation, elle témoigne d'une chose : la France croit réellement en ses chances pour une nouvelle victoire au concours de l'Eurovision et s'en donne les moyens. Depuis 2010, la France n'a atteint qu'une seule fois le top 10 avec Amir. Pire, en 2014, Twin Twin et sa chanson Moustache ont même terminé à la dernière place du classement. Parfois trop éloigné des attentes des téléspectateurs européens de l'Eurovision, le choix des candidats a posé questions lors de la dernière décennie. Avec l'aval de près de dix membres d'autres pays, la délégation française s'assure ainsi un gage de qualité, une sorte de tampon de validation officiel en vue du concours. Et qui sait, peut-être, la première étape vers une victoire que la France attend depuis 1977.