Débat présidentiel de TF1 : "on a respecté les règles d'équité", se défend Anne-Claire Coudray

  • A
  • A
Partagez sur :

La journaliste de TF1 est revenue sur le départ du plateau de TF1 de Nicolas Dupont-Aignan samedi. Elle réaffirme que selon la chaîne, le débat qui sera diffusé ce lundi à 21h aurait été inaudible avec plus de cinq candidats.

Jour J, ce lundi, pour le premier grand débat de la présidentielle sur TF1. La chaîne a décidé de réunir les cinq principaux candidats sur un même plateau, en direct à partir de 21h. La journaliste Anne-Claire Coudray, qui va coprésenter le débat avec Gilles Bouleau était l'invité du Grand direct des médias.

"Chacun est libre de disposer de son temps de parole ou pas". Le débat a d'ores et déjà été marqué par une absence, celle des "petits" candidats et par la colère de l'un d'entre eux, Nicolas Dupont-Aignan, qui a quitté le 20h de TF1 samedi pour protester contre le choix de TF1 de ne pas avoir invité l'intégralité des candidats. Ce dernier réclame d'ailleurs toujours de pouvoir participer. "Chacun est libre de disposer de son temps de parole ou pas, et c'est le choix qu'a fait Nicolas Dupont-Aignan en quittant le plateau d'Audrey Crespo-Mara", se justifie la journaliste. "Nous, on s'en tient aux décisions du CSA qui ont été validées par le Conseil d'Etat", poursuit-elle. TF1 ne devrait donc pas revenir sur sa décision d'un débat à cinq (Hamon, Le Pen, Mélenchon, Macron, Fillon).

25 à 28 minutes par candidat. Pourtant, de nombreux téléspectateurs se son émus de la décision de TF1. "On a respecté les règles d'équité", réaffirme Anne-Claire Coudray. "On est parti du principe que l'intérêt des téléspectateurs et des électeurs qui ont envie d'avoir les idées claires était de limiter ce débat à cinq personnes." Dans l'absolu, chaque candidat sur le plateau devrait s'exprimer entre 25 et 28 minutes dans un débat de trois heures. "vous imaginez ce que ça aurait donner avec 11 candidats ?", s'exclame la journaliste. 

Les candidats vont pouvoir s'interpeller. Dans le débat, les candidats devraient être disposés en arc de cercle. "Les pupitres sont les uns face aux autres. Il n'est pas question que les candidats ne puissent pas se regarder et s’interpeller." Certaines questions concerneront tous les candidats, d'autres différeront. "Les uns et les autres ont des dynamiques économiques et politiques différentes donc il faut que ça se sente." Par ailleurs, c'est un tirage au sort qui a determiné les modalités du débat, à savoir qui entamera la discussion et qui le clôturera la soirée.