De la politique aux médias, il n'y a qu'un pas

  • A
  • A
De la politique aux médias, il n'y a qu'un pas
Roselyne Bachelot est chroniqueuse sur D8 et i-Télé.@ MAXPPP
Partagez sur :

Roselyne Bachelot, Daniel Cohn-Bendit, Jeannette Bougrab : ces personnalités politiques officient désormais à la télévision ou la radio. Un mélange des genres ?

Ils sont de plus en plus nombreux à franchir le pas. Plusieurs personnalités politiques officient désormais dans les médias en tant que chroniqueurs. Roselyne Bachelot avait ouvert le bal avec grand bruit il y a un an, en rejoignant l'émission de Laurence Ferrari Le Grand Huit sur la chaîne D8. Une séquence dans laquelle l'ancienne ministre de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy disait avoir "l'air d'une pute" avec des talons hauts avait fortement médiatisé cette reconversion…

Recrutements en série. En cette rentrée 2013, le mouvement prend de l'ampleur. Europe 1 a confié à l'eurodéputé Daniel Cohn-Bendit un billet d'humeur quotiden à 7h55. Le Grand Journal de Canal+ a recruté Jeannette Bougrab, ex-secrétaire d'Etat à la Jeunesse du gouvernement Fillon, comme chroniqueuse. Quant à Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture sous Sarkozy, il anime désormais une émission quotidienne sur France Inter. Dans ce dernier cas, il s'agit cependant d'un retour aux sources puisque Frédéric Mitterrand avait déjà mené une longue carrière d'animateur-producteur avant d'entrer dans le monde politique.

Inspiration américaine. Des anciens politiques reconvertis en chroniqueurs, la tendance est ancienne aux Etats-Unis. Dans un environnement très concurrentiel, les chaînes d'information américaines ont donné un ton partisan à leur traitement de l'information. C'est le cas depuis longtemps pour la chaîne conservatrice Fox News, sur laquelle intervient notamment Sarah Palin. Sa concurrente MSNBC, de tendance démocrate, propose depuis plus de dix ans un show animé par Chris Matthews, un ancien conseiller politique qui a écrit les discours du président Jimmy Carter. Même la rigoureuse CNN a suivi le mouvement en recrutant cet été Newt Gingrich, ancien président républicain de la Chambre des représentants.

Un mélange des genres ? Mais en France, la reconversion de certains politiques dans le monde médiatique a un côté choquant, juge Guillaume Perrault, journaliste politique au Figaro, invité mardi du Grand Direct des médias sur Europe 1. Certes, "Daniel Cohn-Bendit sur Europe 1, c'est un billet d'humeur, pas très différent d'une tribune qui serait publiée dans un hebdo", estime-t-il. "En revanche, pour Roselyne Bachelot et Jeannette Bougrab, c'est beaucoup plus discutable parce qu'elles entrent dans l'univers du spectacle, elles deviennent des people comme les autres". Pour Guillaume Perrault, "quand on doit sa notoriété au suffrage universel, ça implique des obligations". Un ancien ministre qui se considère comme un "beautiful people", "ça dégrade la politique".

Des observateurs pertinents. A l'inverse, le publicitaire Frank Tapiro, président de l'agence Hémisphère Droit, ne croit pas au mélange des genres. "Depuis des années, la communication et la politique sont dans le même monde", observe-t-il, interrogé mardi sur Europe 1. "Les politiques sont des observateurs de la vie publique, de la société française. Certains ont un grand talent de communicant, un grand talent d'observation et donnent une vision différente. Quelque part, c'est faire de la politique autrement". Franck Tapiro juge d'ailleurs que Roselyne Bachelot est "très à l'aise dans son nouveau rôle" de chroniqueuse sur D8. A noter que l'ancienne ministre a ajouté une corde à son arc puisqu'elle tient désormais un éditorial politique le dimanche sur i-Télé, une autre chaîne du groupe Canal+.