Cinq raisons de regarder Michalak en Terre inconnue

  • A
  • A
Cinq raisons de regarder Michalak en Terre inconnue
@ FRANCE 2
Partagez sur :

Le rugbyman est la vedette de l’émission Rendez-vous en Terre inconnue mardi, à 20h35 sur France 2.

Le principe est toujours le même. Frédéric Lopez reçoit une personne connue à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle. Ce dernier rentre dans l’avion les yeux bandés et n’a aucune idée de sa destination. Une fois en vol, le masque tombe. Cette fois, c’est Frédéric Michalak qui part à la rencontre d’une petite tribu à l’extrême nord du Vietnam, l’ethnie des Lolo noirs. Europe1.fr a vu l’émission et vous donne cinq bonnes raisons de ne pas rater ça. 

Pour voir Michalak planter du riz. Le demi d’ouverture des Natal Sharks (Afrique du Sud) et ancien n°10 du XV de France est plus habitué à manier les passes avec un ballon ovale et à taper des pénalités qu’à planter du riz. Arrivé dans la tribu des Lolo noirs après trois jours de voyage (avion-voiture-marche), Frédéric Michalak n’a pas vraiment le temps d’apprécier le paysage. Levé aux aurores, il va aider les habitants du village à ériger des barrages pour protéger les rizières. Le must de la journée : un Michalak emprunté qui zigzague entre les pousses de riz. 

Terre-Inconnue

Pour en prendre plein les yeux. Dans cette région montagneuse située à la frontière entre le Vietnam et la Chine, les paysages filmés sont à couper le souffle. Entre les plans matinaux où les cultures de riz se réveillent dans la brume et les couchers de soleil rouge feu, vous ne serez pas déçu une seconde. La production de l’émission a mis de gros moyens et les quelques images du ciel sont aussi très réussies. 

Pour la scène mythique de promenade de cochons. Au milieu du documentaire, Frédéric Michalak et Frédéric Lopez se rendent avec les Lolo noirs dans un village voisin pour acheter des cochons. Si les deux acolytes ne participent pas à la tâche plutôt périlleuse qui consiste à attacher une ficelle aux pieds des bêtes, ils sont obligés de les ramener. Si vous ne le saviez pas (rassurez-vous, nous non plus), les cochons ne marchent pas en laisse comme des chiens. Si vous rajoutez un chemin plutôt escarpé à l’indiscipline de l’animal, la scène vaut vraiment le coup d’œil. 

Pour découvrir une tribu. Certes, c’est un peu cliché dit comme ça. En 90 minutes, personne ne peut tout savoir d’une ethnie comme celle des Lolo noirs. Mais cette émission a au moins le mérite de pointer ses projecteurs sur des civilisations rarement, voir jamais médiatisées. Quelques scènes montrent ainsi le côté matriarcal de ces tribus. Les femmes partent travailler la journée dans les rizières pendant que les hommes s’occupent des enfants. 

Pour quelques passes de rugby. La production de l’émission avait prévu le coup. Un peu avant la fin, Frédéric Michalak montre, à son tour, son métier. Sur les hauteurs du village, l’ancien joueur du Stade Toulousain improvise un petit match de rugby et initie même les Lolo noirs à la mêlée. On pouvait craindre le pire sur ce genre de scène mais la production a bien fait de ne pas en faire des caisses.