Mourad Boudjellal : "le 11-Septembre de la presse"

  • A
  • A
Mourad Boudjellal : "le 11-Septembre de la presse"
@ Brice HORVAT/AFP
Partagez sur :

RÉACTION - Le président du RCT a fait part de son émotion après l'attentat qui a visé Charlie Hebdo.

A l'image du quotidien L'Equipe, qui a mis à sa Une un dessin avec un score terrible "Liberté : 0 Barbarie : 12", le monde du sport est sous le choc de l'attentat qui a visé l'hebdomadaire Charlie Hebdo, mercredi. Le président du RC Toulon, Mouard Boudjellal, est d'autant plus ému par ce qui s'est passé que, lors de ses précédentes fonctions d'éditeur de BD, chez Soleil, il avait publié Charb et Tignous, deux des cinq dessinateurs tués mercredi. "Je suis choqué parce qu'on s'en est pris à des gens totalement inoffensifs, qui ont pour seule arme leurs crayons et qui se retrouvent face à des kalachnikovs", a-t-il confié sur Europe 1. "Qui a le droit de retirer de tels talents à la France sous prétexte qu'il croit en Dieu ? Quel est le dieu qui peut dire : 'va abattre à la kalachnikov des mecs qui ont un crayon entre les mains ?' Ce n'est pas un dieu qui peut dire ça, c'est un diable."

"On a touché à la liberté", insiste Mourad Boudjellal :



Mourad Boudjellal avait rencontré Charb et Tignous en 1995, lorsqu'il avait édité l'album Charlie Hebdo saute sur Toulon, "à l'époque où le Front national dirigeait la ville". "Charb était à l'époque un tout jeune dessinateur, il avait un talent fou, pour moi c'était le descendant de Jean-Marc Reiser (auteur de bande dessinée satirique décédé en 1983, ndlr)", a souligné le dirigeant varois dans un entretien à l'AFP. "Je suis fier d'avoir fait son premier album."

BD de Charb pour Soleil (640x960)

© Plein Sud/Soleil Productions/Charlie Hebdo 1995

"Ils ne tueront jamais les idées de Charlie Hebdo." "Abasourdi" par ce qui s'est passé mercredi, le président du RCT estime qu'il faut que les terroristes "se sentent isolés". "Il faut que les gens se rassemblent, se parlent, s'unissent et se retrouvent autour d'une cause commune. Il faut qu'ils (les auteurs de l'attentat) se disent : 'on ne représente personne'. Ils ont tué de grands dessinateurs, de grands journalistes, mais qu'ils n'aient pas tué Charlie Hebdo... Un journal, c'est une entité morale et on ne peut pas pas tuer des idées dans un pays. Il faut qu'ils comprennent ça. Ils ne tueront jamais les idées de Charlie Hebdo. Ils ne tueront jamais ce talent-là, c'est tout à fait impossible."

>> DOSSIER SPÉCIAL - Les dernières infos sur l'attentat à Charlie Hebdo