Canal+ vs. BeIN Sports : pourquoi tant de haine ?

  • A
  • A
Canal+ vs. BeIN Sports : pourquoi tant de haine ?
Canal+ et BeIN Sports se livrent une concurrence féroce sur le marché des droits sportifs (photo d'illustration).@ MAXPPP
Partagez sur :

SUR LE RING - Rivales sur le marché des droits sportifs, les deux chaînes se livrent un duel judiciaire féroce.

On s'y perd ! C'est quasiment devenu une habitude : Canal+ a de nouveau entamé une procédure sur le terrain des retransmissions sportives. Et même deux, puisque mardi, la chaîne cryptée a saisi à la fois le tribunal de grande instance de Paris et l'Autorité de la concurrence pour contester l'appel d'offres lancé pour les droits de diffusion de la Ligue 1. Dans la ligne de mire : sa rivale BeIN Sports, qui multiplie les acquisitions de droits, mais contre-attaque aussi sur le terrain juridique. Pourquoi la concurrence entre Canal+ et BeIN Sports s'envenime-t-elle ? Et quelles conséquences pour les abonnés ? On vous explique.

Pourquoi Canal+ conteste-t-elle l'appel d'offres des droits de la Ligue 1 ?

La semaine dernière, la Ligue de football professionnel (LFP) a mis sur le marché les droits de retransmission de la Ligue 1 pour les saisons 2016 à 2020. C'est bien tôt pour une période qui commencera dans un an et demi, mais "nos clubs ont besoin de visibilité financière", invoque Frédéric Thiriez, le président de la Ligue. Surtout, celle-ci a bien senti que le contexte de rivalité accrue entre Canal+ et BeIN Sports était propice à une montée des enchères. En 2011, les deux chaînes se sont partagé la Ligue 1 pour un montant total de 607 millions d'euros. Un chiffre que la LFP souhaite évidemment voir augmenter.

09.09.Meheut.Canal+.TV.930.620

© REUTERS

Mais pour Canal+, attribuer les droits de la L1 dès avril est prématuré. "Le timing n'est pas acceptable", a tempêté Bertrand Meheut (photo), le président du groupe, dans Le Figaro mardi. Pourquoi donc ? "Si le résultat de l'appel d'offres est négatif pour elle, Canal+ craint une fuite d'abonnés dès l'annonce de l'attribution des droits", explique Frédéric Bolotny, consultant en économie et marketing du sport, contacté par Europe1.fr. Et encore, en supposant que BeIN Sports ne rafle pas l'intégralité de la Ligue 1. "Si cela arrive, Canal+ serait mal en point. Environ 40% de ses abonnés le sont pour la Ligue 1", estime Frédéric Bolotny. La chaîne demande donc à la justice de suspendre l'appel d'offres. L'audience est prévue lundi prochain.

• Sur quel terrain BeIN Sports a-t-elle riposté ?

La chaîne qatarie a saisi l'Autorité de la concurrence, mais cette fois à propos du rugby. Explication : en décembre, la Ligue nationale de rugby (LNR) a remis en jeu les droits du Top 14, en comptant elle aussi sur la rivalité entre les deux chaînes. Mais finalement, en janvier, la Ligue a négocié en tête à tête avec Canal+, qui a conservé les droits jusqu'en 2019 pour un montant record de 71 millions d'euros par an. Ce revirement n'a pas plu à BeIN Sports, qui a indiqué qu'elle se réservait "le droit d’intenter toutes actions devant les autorités compétentes". Et vient de mettre sa menace à exécution.

arbitre, rugby, top 14

© Reuters

Ainsi, le Top 14 pourrait-il être remis en jeu ? Frédéric Bolotny n'y croit pas tellement. "La Ligue a fait les choses proprement", estime le spécialiste. Annoncée deux mois après l'attribution des droits, la plainte de BeIN Sports apparaît donc plus comme une contre-attaque face aux actions intentées par Canal+.

• Y a-t-il d'autres procédures en cours ?

Oui, les deux chaînes donnent décidément du travail à la justice… En juillet 2013, Canal+ a porté plainte contre BeIN Sports pour concurrence déloyale. Elle réclame pas moins de 293 millions d'euros à sa rivale, l'accusant cette fois de lui avoir fait perdre 187.000 abonnements, et ne se prive pas de souligner que BeIN Sports est financée par les poches profondes du fonds souverain du Qatar. "BeIN Sports désorganise le marché. Ses pertes ne seront pas recouvrables", a assuré l'avocat de Canal+ lors d'une audience devant le tribunal de commerce, la semaine dernière. En guise de riposte, BeIN Sports réclame 66 millions d'euros de dommages et intérêts à Canal+.

Mais du coup, faut-il s'abonner à Canal+ ou à BeIN Sports ?

Si vous êtes fan du Top 14 de rugby, il faudra rester abonné à Canal+, sauf coup de théâtre, dans le cas où BeIN Sports obtiendrait la révision de l'attribution des droits. En revanche, si vous voulez suivre tous les matches de la Coupe du monde de football cet été, il faudra un abonnement à BeIN Sports, qui vient d'acquérir l'intégralité de la compétition. Mais rassurez-vous, les rencontres des Bleus et les matches les plus décisifs du Mondial brésilien seront diffusés en clair sur TF1.

>> INTERVIEW - BeIN Sports : "la Coupe du monde, un cadeau à nos abonnés"

Et la Ligue 1 ? Pas de panique : vous avez du temps pour décider. Si l'appel d'offres n'est pas suspendu, l'attribution des matches sera annoncée début avril, mais elle n'entrera en vigueur qu'à partir de la saison 2016-2017. Aujourd'hui, BeIN Sports diffuse huit rencontres par journée et Canal+ deux, dont le grand match du dimanche soir. Cette situation pourrait-elle être reconduite ? "Il est dans l'intérêt de la Ligue de conserver une concurrence entre deux acteurs", affirme Frédéric Bolotny. "Cela motive les chaînes pour assurer une couverture de qualité et une bonne exposition de la compétition". Conclusion : le fan absolu pourrait bien être obligé de conserver à la fois ses abonnements à Canal+… et BeIN Sports.

sur le même sujet, sujet,

DROITS TELE - BeIN Sports frappe fort pour le Mondial

INTERVIEW - BeIN Sports : "la Coupe du monde, un cadeau à nos abonnés"

LIGUE 1 - La vente des droits télé avancée