"C'est plus que de l'injustice"

  • A
  • A
"C'est plus que de l'injustice"
@ MAXPPP
Partagez sur :

EXCLU - Accusé de conflit d'intérêts, Nelson Montfort renonce à un partenariat avec un site web.

"Je suis à bout". Nelson Montfort sous le feu des critiques des syndicats de journalistes de France Télévisions s'est expliqué mercredi sur Europe 1. Le journaliste sportif, accusé de conflit d'intérêts, a décidé de renoncer à son projet de travailler pour un site web sportif dédié à l'athlétisme.

Un "ménage" très critiqué

A l'occasion des championnats d'Europe d'athlétisme en salle, qui auront lieu début mars et que commentera Nelson Montfort pour France Télévisions, le journaliste avait accepté de travailler pour un site internet. Problème : athlenergy.com est une filiale du groupe Areva, sponsor de la Fédération française d'athlétisme. Ce ménage - service payé par une entreprise privé - n'est pas du goût des journalistes de France Télévisions.

Face à la levée de boucliers des syndicats, qui dénoncent un conflit d'intérêts, Nelson Montfort a renoncé à la collaboration et fait retiré son nom du site. "J'ai annoncé très vite, dès lundi après-midi que j'annulais ma participation, mais les attaques se poursuivent", a regretté Nelson Montfort.

Ecoutez l'intégralité des explications de Nelson Montfort :

"J'avais accepté une collaboration journalistique" :

"Ce que j'avais accepté, c'était une collaboration journalistique, en donnant des interviews avec des athlètes qui ne sont pas des moindres, comme Chistine Arron ou Ladji Doucouré", s'est néanmoins défendu Nelson Montfort dans le Grand direct des médias.

"Mon honneur professionnel est mis en cause"

Malgré le feu des critiques, pas question de démissionner, a insisté Nelson Montfort. "Que dois-je faire de plus ? C'est mon honneur professionnel qui est mis en cause. Si je suis devenu l'un des journalistes sportifs préférés des Français, c'est justement pour ma probité et mon honnêteté intellectuelle", a-t-il réagit.

Le journaliste affirme par ailleurs qu'il avait demandé l'autorisation à Daniel Bilalian, le directeur des sports de France Télévisions, mais qu'elle s'était "perdue en route, nous en avons eu la preuve hier". "Si Daniel n'avait pas signé l'autorisation, je n'y serais pas allé", a par ailleurs affirmé Nelson Montfort.

Nelson Montfort avait déjà été critiqué pour le même motif en 2009. Après avoir animé un événement caritatif à Disneyland Paris, il avait reçu Mickey sur le plateau de France 2 quelques jours après.