Alex Lutz et Bruno Sanches : "il y a un plaisir inexplicable à se transformer en femme"

  • A
  • A
Partagez sur :

Alex Lutz et Bruno Sanches, alias "Catherine et Liliane", étaient les invités d'Isabelle Morizet dimanche, dans "Il n'y a pas qu'une vie dans la vie".

Du lundi au vendredi dans le Petit Journal de Canal +, Alex Lutz et Bruno Sanches refont le monde avec humour. Les deux comédiens étaient les invités d'Isabelle Morizet, dimanche sur Europe 1, dans "Il n'y a pas qu'une vie dans la vie". Avec l'animatrice, ils sont revenus sur la pratique si particulière du travestissement, qui leur permet de passer d'Alex et Bruno, à Catherine et Liliane.

1h30 de maquillage. "C'est un plaisir assez inexplicable. Tous les hommes devraient s’essayer à sortir leur part de féminité. Il n'y a pas de problème à assumer sa féminité", confie Bruno Sanches. Avec Alex Lutz, ils s'adonnent au jeu du travestissement depuis quatre ans sur Canal +. "Ce qui traverse les personnages n'est pas plus difficile à 'choper' pour un acteur que si on me demandait de faire un méchant dans un film de mafia", explique Alex Lutz. Les deux comédiens rentrent donc avec facilité dans leurs personnages, même si le déguisement demande "1h30 de maquillage".

Le hasard d'une rencontre. Pour leurs personnages, l'inspiration est venue lors d'une balade ensemble, en pleine rue. "On est tombé sur deux femmes qui avaient typiquement le même rapport de domination et de suiveuse que nous", explique Alex Lutz. "Nous avons suivi ces deux personnes à 10 mètres derrière et on a commencé à les imiter". Lorsque les deux femmes changent de direction, les deux compères, eux, continuent de les imiter. Rapidement, ils se disent qu'ils tiennent là quelque chose d'amusant à reproduire.

Vox populi. "Ce tour de passe-passe jubilatoire" n'est pourtant pas aussi simple. Au-delà de l'apparence et derrière le maquillage se cache une vraie réflexion autour des personnages. "Il y a des valeurs sur lesquelles Catherine et Liliane ne transigeront jamais : elles sont profondément républicaines, n'adhèrent à aucun extrême et sont ouvertes et curieuses". Une manière, pour les deux comédiens, "de donner un visage à la ménagère de moins de 50 ans".