Alessandra Sublet : "Antoine Griezmann a une spontanéité touchante"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'animatrice signe pour TMC un documentaire, "Griezmann confidentiel", où elle plonge dans l'intimité du footballeur préféré des Français.

INTERVIEW

C'est une association que l'on n'attendait pas. De Madrid à l'équipe de France, l'animatrice Alessandra Sublet a suivi pendant six mois Antoine Griezmann, pour un documentaire intime diffusé mercredi soir sur TMC. Six mois pendant lesquels l'animatrice et productrice a pu découvrir des facettes méconnues du footballeur.

La séparation avec son mentor. Comme son nom le laisse sous-entendre, Griezmann Confidentiel offre aux spectateurs des séquences intimes. Et tout particulièrement quand il annonce se séparer de son mentor de toujours, Eric Olhats. "Il a pris une décision par rapport à mon mariage qui ne m'a pas plu. Ça m'a mis un très gros coup derrière la tête. Il n'est pas venu", confie Antoine Griezmann. "Il n'y a aucune différence pour Antoine entre le professionnel et le personnel. Les pros du foot me disaient 'On ne se sépare pas d'un agent à cause d'un mariage'. Oui mais, dans la vie d'Antoine, c'est ça", rétorque Alessandra Sublet, invitée de Village Médias mercredi. 

Sa famille, son clan. Ne pas séparer le professionnel et le personnel, Antoine Griezmann l'applique aussi avec sa famille. Ainsi, c'est sa sœur qui gère les contacts avec la presse. Dans le documentaire, le joueur raconte également que c'est son père qui s'occupe de surveiller ses comptes bancaires. "Le père d'Antoine veille au grain, et je trouve ça plutôt mignon qu'il en parle. Il a une spontanéité touchante, car il est très sincère dans sa façon d'être", assure Alessandra Sublet.

Une vie pas si simple. Et si elle peut paraître enviable à bien des égards, la vie de l'attaquant de l'Atletico n'est pas pas si simple, souligne Alessandra Sublet. "Je ne sais pas ce qu'on imagine de la vie des footballeurs, mais ils ont des entraînements intensifs le matin, de 9 heures à 12 heures. À 13 heures, il est rincé, le gars ! Donc il rentre, il déjeune, il ne fait pas vraiment de sieste. (…) Et il vit dans une résidence où c'est assez aseptisé", explique l'animatrice. "Il faut arrêter de dire 'Les footballeurs gagnent beaucoup d'argent donc on ne va pas les plaindre'. C'est quand même, pendant une dizaine d'années, des gens qui donnent tout", soutient-elle fermement.

>> Ecoutez l'interview intégrale d'Alessandra Sublet dans Village Médias