32e Victoires de la musique : "C'est une cérémonie faite pour la télé"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

La 32e cérémonie des Victoires de la musique se déroulera vendredi soir sur France 2. Au micro d'Europe 1, Bruno Guillon, animateur, et Laurent Didailler, président des Victoires de la musique expliquent comment la cérémonie se réconcilie avec son public.

Vendredi soir, la 32e cérémonie des Victoires de la musique, retransmise en direct sur France 2, récompensera les meilleurs artistes musicaux de l'année. Lancée en 1985, la cérémonie peine toujours à trouver la bonne équation pour garder son public. Trop longue, des changements de présentateurs... Dans Legrand direct des médias, Bruno Guillon, animateur, et Laurent Didailler, président des Victoires de la musique, expliquent comment cet événement se renouvelle peu à peu.

"Ça ne va pas durer 1000 ans !". 27 performances live, des hommages et de l'humour : Bruno Guillon, qui co-animera la soirée avec Thomas Thouroude de France 2, promet une cérémonie "vivante"."C'est une cérémonie faite pour la télé", poursuit-il. "Beaucoup de gens n'ont pas la chance d'aller voir des artistes en concert", explique Bruno Guillon tandis que Laurent Didailler précise qu'il y aura "zéro playback".

Une "réconciliation avec le public". Taclée par plusieurs artistes dont M.Pokora, Christophe ou Florent Pagny, les Victoires de la musique ont aussi été boudées par le public. "La cérémonie se réconcilie avec le public et depuis deux ans, les audiences remontent", avance Laurent Didailler. "Le duo d'animateurs est fusionnel et ce que vous allez voir est exceptionnel". 

Un show à l'américaine ? Le dispositif de la cérémonie sera éclaté : "Il y a plusieurs scènes", explique Bruno Guillon. "Le duo d'animateurs permet d'avoir une fluidité : pendant qu'une se prépare, l'autre assure l'animation de l'autre côté". 

Pour accompagner les prestations des artistes, un écran géant sera installé au fond d'une des scènes. "C'est une page blanche que l'on donne aux artistes", explique Laurent Didailler. "On travaille avec eux pendant un mois au préalable, ils nous apportent leur univers".