Nikos : "La télé publique grecque au cœur d’un chantage politique"

SAISON 2012 - 2013
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

EXTRAIT - Nikos Aliagas se montre inquiet après la fermeture de la télé publique en Grèce : "aujourd’hui, tout est possible".

Nikos Aliagas était ce matin l’invité de Jean-Marc Morandini dans Le Grand Direct des Médias. Il réagissait à la fermeture des chaînes de la télévision publique ERT en Grèce. Ses déclarations : 

"J’ai assisté à ça en direct hier, et puis j’ai  vu petit à petit tous les décrochages, avec les journalistes à l’antenne qui continuaient malgré tout. Et une fois que le signal a été coupé, par solidarité pas mal de sites d’infos ont repris le signal de la télé grecque sur internet. C’était assez émouvant de les voir, ils ont continué jusqu’à très tôt ce matin à avoir des témoignages. Ils m’ont appelé aussi parce quej’ai été correspondant de la télé publique à mes débuts."

"Mais c’est vrai qu’on a jamais vu ça en Grèce. Il y a une émotion très forte de la part de la population parce que ça fait partie des symboles. Je pense que le Premier ministre a voulu marquer le coup, il a lancé le pavé dans la mare parce qu’il y a un jeu politique."

"Il y a pas mal de facteurs politique autour de ça, et c’est vrai que la télé est prise en otage."

 Son sentiment personnel : 

"C’était de la tristesse, parce que ça fait partie de notre ADN la télé publique." Nikos Aliagas se montre inquiet après la fermeture de la télé publique en Grèce : "aujourd’hui, tout est possible". 

Réécoutez l’intégralité du Grand direct des médias de Jean-Marc Morandini en cliquant ici.

Les émissions précédentes
Les chroniques de l'émission

09h58 : Willy Rovelli

Voir toutes les chroniques

Les chroniques des jours précédents