Pierre Henry craint une "chasse" aux Roms

  • A
  • A
L'interview de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe 1 Matin
Partagez sur :

Manuel Valls a déclaré qu'une minorité de Roms venus en France avaient vocation à s'intégrer. Pierre Henry trouve ces propos "inappropriés et dangereux".

Pierre Henry, directeur général de l’association France Terre d’Asile

Ses principales déclarations :

 

Manuel Valls n'a t-il pas dit hier une évidence, dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas ?

"Est-ce le rôle du ministre de l'Intérieur de dire des évidences ? De pointer les problèmes sans apporter véritablement de solutions ? Je ne le crois pas, je pense que les propos de Manuel Valls sont inappropriés et dangereux."

 

Si c'est une évidence, vous êtes donc d'accord avec lui...

"De quelle évidence parle t-on ? D'une précarité d'une population présente sur le territoire depuis plus de 10 ans, 20 ans... Je me souviens de l'hiver 2002, dans le Val de Marne, où des forces de police étaient intervenues pour évacuer un camp de roms. L'année suivante, même endroit, même heure, un responsable de la préfecture de Val de Marne vient me voir pour que j'accueille dans une de mes structures 150 roms. Que se passe t-il ? Il faut que j'appelle les médias pour que des solutions d'hébergement soient trouvées. Ca fait dix ans que cela dure, qu'il y a des difficultés avec une population tout à fait en précarité."

Gérard Caudron, maire de Villeneuve d'Ascq explique des problèmes de vol de cuivre, de matériaux, et un temps fou que doit consacrer aux roms son administration...

"Il y a une exaspération d'un certain nombre de riverains qui cohabitent avec des camps à ciel ouvert. Il y a des réseaux parfois criminels qui sont autour de cette population et qu'il faut traquer avec une certaine férocité."

Pour les traquer, il ne faut pas démanteler ces camps ?

"Il est illusoire de penser que l'on peut régler le problème des roms en démantelant les camps sans solution alternative.Il est facile de faire le buzz avec la question des roms, je suis même certain que cela peut aider une certaine notoriété à la personne qui..."

Vous dites ça pour Manuel Valls...

"Mais pas seulement pour Manuel Valls ! Cela fait quatre ans, depuis le discours de Grenoble, qui ethnicise la nation, quatre ans que des hommes politiques font régulièrement des déclarations plus tonitruantes les unes que les autres, sans rien régler sur le fond. Je crois que c'est cela qui exaspère les Français !"

 

Dans un sondage, à Lyon, les roms sont la principale préoccupation pour 42% des interrogés...

"Thomas Sotto, vous croyez qu'aujourd'hui, dans ce pays de 65 millions d'habitants, ce sont les 15 ou 20.000 roms qui posent le plus grand problème et sont la source de la plus grande insécurité ? Je vais vous dire : ce sont les 5 millions de chômeurs de ce pays qui sont en insécurité sociale ! Je crois que c'est cela la priorité !"

"Et puis je veux dire la chose suivante : le ministre de l'Intérieur exprime un point de vue qui est celui de... C'est son job ! De la sécurité, de la police... Je rappelle qu'il y a une ligne exprimée par le gouvernement en août 2011, renouvelée en décembre 2011, où il s'agit très clairement d'un problème interministériel et où on parle de problématiques d'inclusion des roms ! Je crois que ce pays peut trouver des solutions ! C'est vrai que le problème est  européen..."

 

N'est-il pas d'abord bulgare et roumain ? Un problème d'insertion dans leur pays ? N'ont-ils pas naturellement vocation à retourner en Roumanie et Bulgarie ?

"Ce qu'il faut d'abord faire, c'est interroger Roumanie et Bulgarie sur les politiques de discriminations menées à l'égard de cette minorité. Nous avons une responsabilité en Europe pour régler cette question ! Il y a des fonds qui sont très mal utilisés qui doivent l'être !"

Des milliards donnés par un fonds européen, une partie a été détournée par des membres du gouvernement roumain...

"N'en rendez pas responsable la population rom ! Ce qu'il y a de grave dans cette affaire, c'est que la répétition d'un certain nombre de propos à l'égard des roms laisse à penser que, finalement, ce ne sont pas nos semblables en humanité. Je tremble à l'idée que des faibles d'esprit, un jour prochain, se disent qu'après tout, avec l'ensemble de ces propos, ils peuvent partir à la chasse à cette population. Nous sommes dans une grande crise morale, politique, économique et je crois que le rôle du politique est de rassurer, et non pas d'inquiéter sur cette question."