"Avoir une femme entraîneur, ce n'est pas dans l'air du temps"

  • A
  • A
L'interview de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe 1 Matin
Partagez sur :

Après le désistement d'Hélèna Costa, Corinne Diacre est la première femme entraîneur d'une équipe de foot professionnelle masculine.

Ce matin à 7h45, Europe 1 recevait Corinne Diacre, entraîneur du « Clermont Foot ».

Ses principales déclarations :

Entraîneuse ou entraîneur ?

"Si vous me donnez le choix, je préfère entraîneur ! Le mot entraîneuse a une définition qui a une autre signification..."

Vous remplacez Hélène Costa. On ne peut pas s'empêcher de penser que les dirigeants de Clermont ont voulu aller au bout de leur coup de comm' et que c'est la première raison pour laquelle ils sont venus vous chercher... Ça vous a traversé l'esprit quand ils sont venus vous chercher ?

"Non, je n'ai pas réagi comme ça, surtout parce que le Président Michy m'a dit que ce n'était pas du tout un coup de comm'... Lui souhaitait faire des choses un peu différentes, il m'a assuré que c'était tout sauf un coup de comm'..."

 

Pourquoi avoir attendu 2014 pour voir enfin une femme sur le banc d'un club professionnel d'hommes ?

"Il faut le demander aux présidents de clubs ! Je ne sais pas ! C'est eux qui prennent les décisions concernant le choix de l'entraîneur. Le Président Michy a été avant-gardiste et souhaitait avoir une femme cette saison... Je pense que ce n'est pas dans l'air du temps d'avoir une femme entraineur, ce n'est pas encore entré dans les mœurs."

 

Que diriez-vous aux joueurs qui se demandent comment est la nouvelle coach ?

"Je ne suis pas là pour être appréciée ou non : je suis là en tant qu'entraineur, mon objectif c'est que les joueurs donnent le meilleur d'eux-mêmes pour être performants sur le terrain. J'ai signé pour deux ans."

 

Vous êtes aussi bien rémunérée qu'un entraineur homme ?

"Je suppose oui... Mais ce n'était pas mon leitmotiv, je n'ai pas cherché à négocier quoi que ce soit : le Président m'a fait une proposition, je l'ai acceptée telle qu'elle se présentait."

Vous avez compris pourquoi Helena Costa a claqué la porte ?

"Non très sincèrement... Pour moi, l'affaire Helena Costa c'est du passé. On a une saison à préparer, moi j'ai une équipe à construire. Je fais mon travail sans m'occuper de ce qui s'est passé avec Helena Costa."

Ça change quoi pour vous d'entraîner des messieurs ?

"Ça fait trois jours que je suis parmi eux : je n'ai pas vu de différence sinon qu'ils ont plus de muscles... C'est la seule différence ! Ce n'est pas un sujet pour moi ! Et je ne les appelle pas "Les filles", ne vous inquiétez pas ! Il n'y aura pas de quiproquo, il n'y aura aucun problème !"

 

Vous pensez que ça peut être une petite inquiétude pour eux ?

 

"A partir du moment où le Président a décidé de mettre un entraîneur aujourd'hui qui est d'un genre différent... Je pense qu'ils savent très bien que le Président n'a pas envie de les envoyer dans le mur... Les joueurs sont au club de Clermont, ils ont signé au club de Clermont : ils suivent les directives du Président et très sincèrement ça se passe bien... Après, en effet, il y aura comme tout entraineur, homme ou femme, à un moment donné, le joueur qui ne jouera pas, qui jouera moins, sera forcément plus déçu que celui qui joue ! Ça s'est toujours vu, ça se verra encore, homme ou femme."

Quel regard sur l'Equipe de France qui réussit plutôt bien son Mondial au Brésil ?

"Un regard très positif ! Je suis admirative du travail fait par le staff, et cet état d'esprit qui se dégage sur le terrain et en dehors... Après il est évident que contre le Nigéria, on a essayé de chercher un peu la petite bête : mais plus on va monter dans la compétition plus les matchs seront difficiles..."

 

L'état d'esprit qui a tellement évolué en quelques mois : c'est le talent du coach ?

"Je pense que Didier n'y est pas pour rien, c'est sûr ! Mais à lui tout seul il ne ferait rien : je crois qu'il s'est entouré d'une équipe très performante, en tout cas qui lui ressemble. Je pense aussi que le match retour contre l'Ukraine a été déterminant."

 

Vous le sentez comment, ce France-Allemagne ?

"Bien ! Une qualification de la France. Ne me demandez pas un pronostic, je suis très mauvaise ! Mais par contre je peux vous dire qu'on va se qualifier..."

Verra t-on un jour une femme sélectionneur de l'Equipe de France ?

"Je ne sais pas, faudrait demander au Président..."

Si on vous appelait...

"J'étudierais la chose en temps voulu ! Pour l'heure je suis au Clermont Foot, j'ai déjà pas mal de choses à penser... Donc si en plus je dois supposer des choses qui pourraient se passer dans l'avenir... Pour le moment, je ne pense qu'au Clermont Foot !"

Si on vous appelait, vous décrocheriez...

"Comme je l'ai fait pour le Président Michy !"

L'objectif pour Clermont cette saison ? La montée en L1 ?

 

"Oui ! Enfin on va dire que déjà on va essayer de parfaire la positionnement du club en L2, et après on verra comment ça se goupille... Si on a la possibilité de jouer les premiers rôles, on ne va effectivement pas s'en priver ! On ne va jouer le maintien juste pour jouer le maintien ! L'idée c'est de faire une belle saison, déjà de rééditer ce qui a été fait la saison passée en terme de classement a minima, et après on verra les résultats, comment ça va se passer..."