Pour l'avocat italien Carlo Alberto Brusa, "les choses sont beaucoup plus graves que dans le passé".

Europe 1