Le secrétaire général de la CFDT a admis avoir eu des soupçons, "comme tout le monde" sur la section de SeaFrance.