Guerre de positions sur le gaz de schiste

  • A
  • A
L'édito politique est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

L'exploration du gaz de Schiste est encore un des dossiers qui se trouve sur la table du gouvernement.

On reparle des gaz de schiste, la loi qui interdit l’exploitation par fracturation hydraulique depuis 2011 pourrait être renvoyée devant le Conseil constitutionnel… c’est une petite victoire juridique des lobbies pétroliers… le dossier n’est pas clos ?

Ce n’est pas un dossier qu’on referme c’est une guerre de tranchée, un bras de fer, une bataille idéologique…Cet épisode juridique pour l’instant ne change rien à la position du gouvernement qui est déjà prêt à réécrire le texte pour maintenir l’interdiction de la fracturation hydraulique.

Mais Chaque semaine le débat est relancé…les études scientifiques répondent aux démonstrations économiques ... POUR : Un rapport de parlementaires au début du mois affirme que l’exploitation propre existe. CONTRE : des chercheurs d’une université américaine démontrent hier que les puits d’eau potable sont contaminés à proximité des sites de forages… POUR : les bons chiffres de l’économie américaine sont mis au crédit des gaz de schiste... CONTRE : intox disent les écolo qui considèrent que seuls les secteurs de la chimie et de la sidérurgie en bénéficient…

 

En même temps le sujet semble tranché au gouvernement…

Semble, mais il n’en est rien. Au sein du gouvernement aussi c’est une guerre de position... Tant que la France sera en panne de croissance le sujet restera posé. Le Lobbyiste le plus redoutable s’appelle Arnaud Montebourg. Pour lui,  la France c’est « l’Arabie saoudite du gaz de schiste ». Il a  déposé un rapport détaillé sur le bureau du président de la République : un prêt à l’emploi pour une exploration sans produits chimiques. Le ministre du redressement productif s’engouffre dans une faille, politique cette fois car François Hollande n’a pas exclu l’idée d’une exploration propre. Aucune chance d’obtenir un top départ présidentiel avant les municipales, Arnaud Montebourg le sait bien mais il attend son heure.

Pourquoi ? A cause des Verts ?

Naturellement. Ils en font un point de rupture. C’est aussi tabou que le nucléaire. Mais pour eux, la bataille idéologique à court terme est déjà perdue, le gaz de schiste apparait comme un El Dorado, dans un pays en crise… On se tourne de nouveau vers une énergie fossile quand, pendant des années, les Verts ont tenté d’imposer dans le débat un autre modèle de développement durable… Leur dernier espoir de peser sur le bras de fer, c’est la grande conférence mondiale sur le climat à Paris… Les Verts imaginent François Hollande contraint de se montrer  en écolo exemplaire… Ca lui laisse deux ans pour se convertir.