Alors que l'on craignait que l'euro ne disparaisse il y a quelques semaines, selon Pierre Moscovici, l'euro serait désormais "trop fort".