Portrait-robot Vidéo

  • A
  • A
Deux minutes net est une chronique de l'émission Europe 1 matin - Bruce Toussaint
Partagez sur :

Un cambrioleur a été filmé durant son effraction. La victime n'a pas simplement donné sa vidéo, elle l'a partagé sur Facebook.

Un voleur filmé par une caméra de surveillance dont les images se retrouvent sur Facebook, voilà aussi à quoi servent les réseaux sociaux…

LaMeuse.be raconte cette affaire se passant près de Liège. Notre voleur n’a pas de chance puisqu’effectivement sa victime a filmé l’effraction...

Il y avait des caméras de surveillance dans la maison cambriolée

Absolument et jeudi dernier l’homme qui force une porte vitrée s’est fait avoir comme un bleu. Non seulement il est filmé de face en plein fric frac, mais surtout sa victime n’a pas simplement donné sa vidéo à la police. Il l’a partagée dimanche sur Facebook.

Et le cambrioleur y est parfaitement reconnaissable…

La vidéo est une preuve redoutable. L’homme âgé d’une vingtaine d’années, regarde d’abord à travers la porte-fenêtre pour vérifier qu’il n’y a personne. Puis avec une sorte de tournevis, il la force et entre. On voit qu’il fait attention à ne pas laisser d’empreintes digitales. Pas de chance, il laisse bien mieux : un portrait robot vidéo de lui en action. Tout ça pour un peu d’argent en liquide...

Est-ce que le partage sur Facebook, n’est pas discutable ?

On ne va pas pleurer pour le voleur. D’ailleurs, la police de la Basse Meuse ne voit pas vraiment le problème si le but est de récolter des informations puis de leur transmettre afin qu’elle les vérifie et les exploite. On comprend. Reste à savoir si on ne risque pas de se retrouver, une fois de plus, avec des internautes qui se lancent dans une chasse à l’homme avec tous les risques que cela induit. Pour le voleur. Pour quelqu'un qui lui ressemblerait. Et pour ceux qui jouent aux gendarmes et aux voleurs.

Les chroniques des jours précédents
Voir toutes les chroniques