"Une communication de crise"

  • A
  • A
Caroline Roux est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Ce week-end François Hollande a sondé ses plus proches pour ciseler une réponse courte : "il doit en dire le moins possible dit un proche".

Thomas : L’hospitalisation de la première dame après les révélations de Closer, des rumeurs à foison (notamment sur le propriétaire de l'appartement dans lequel le président et Julie Gayet avait pris l’habitude de se retrouver)... Bonjour Caroline Roux... Il y a là autant de questions qui seront surement posées à François Hollande demain lors de sa conférence de presse... Autant de questions auxquelles, Caroline, il a préparé ses réponses...  

Quand vous interrogez les conseillers de l’Élysée pour savoir si le président va clarifier sa situation personnelle mardi. Le ton est sec : « Clarifier quoi ?  c’est une affaire privée » fermez le banc.  Vous avez compris Thomas il ne faut pas s’attendre à une réponse sur l’état sa relation ou de sa liaison. Le sujet sera tranché plus tard sans doute par communiqué au moment ou il l’aura choisi me dit l’un de ses amis persuadé qu’il faut aller vite. En attendant, ce week-end François Hollande a sondé ses plus proches pour ciseler une réponse : courte. « Il doit en dire le moins possible dit un proche. C’était la ligne hier soir : s’en tenir à  la distinction entre le chef de l’Etat et le citoyen qui a droit au respect de sa vie privée. C’est vraiment une communication de crise... les mots sont choisis pour banaliser les faits : Vous pouvez entendre des phrases décalées dans la bouche de conseillers comme : « il règne une ambiance studieuse, le président a travaillé et se tient informé de l’Etat de santé de Valérie ». En réalité, l’hospitalisation de la première dame devait être tenue secrète, la consigne avait été passée à l’Elysée...mais l’entourage de la première dame a choisi de communiquer. Ce matin une réunion de travail doit encore avoir lieu... un ami du président qui l’a trouvé « troublé » au téléphone a fait passer une seule consigne : qu’il dorme qu’il se repose avant l’épreuve de mardi.

Thomas : est-ce qu’on en est déjà, dans son entourage, à essayer de mesurer les conséquences politiques de tout ca ?

tout le pari de l’entourage de François Hollande est de considérer qu’il n’y en aura pas. Et les conseillers comme les amis, se raccrochent au sondage du JDD 84% des français n’ont pas changé d’opinion sur le PR depuis ces révélations. Un fidèle sur de son coup m’explique que « les français sont bien plus sensibles à l’augmentation de 20 centimes du prix du tabac aujourd’hui qu’à la situation personnelle du président ». Seul bémol, les images... un vieux copain de François Hollande craint quand même « le coté ridicule » de l’affaire comme il dit  avec un président casqué en scooter  qui pourrait laisser une empreinte durable sur l’image même du chef de l’Etat

Thomas : D'autant qu'on se souvient que les affaires personnelles avaient couté très dans l'opinion à son prédécesseur,  NS...

A la différence que NS avait mis en scène sa vie privée, alors que F Hollande subit les révélations. Mais contrairement à ce qu’en dit l’Elysée FH est face à une double défi : démontrer qu’il n’abaisse pas la fonction comme le dit la droite depuis hier, et préserver son capital de sympathie dans l’opinion. Sa personne, c’était le seul aspect qui n’était pas... encore abimé dans les sondages...

 

FH veut passer vite à autre chose, à la "séquence suivante" comme on dit... Dès demain, après sa conférence de presse, on saura s'il y est parvenu  ou pas ! l'info politique de CR, tous les matins à 7h25 sur Europe 1 ! A demain caroline !