Municipales : À gauche, on y croit

  • A
  • A
Caroline Roux est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

A un peu plus de 3 mois des municipales, voici qu'un vent d'optimisme souffle sur la gauche !

A un peu plus de 3 mois des municipales, voici qu'un vent... d'optimisme (oui, d'optimisme !) souffle sur la gauche ! Bonjour Caroline Roux, alors que la cote d'impopularité du président reste à un niveau incroyable, les socialitse sont aujorud'hui convainvus  de sauver les meubles en mars prochain...   C'est du bluff ou bien ?

On pourrait presque croire que ce sont des éléments de langage tellement le discours est calibré.

Contrairement à ce que pourrait laisser penser l’Etat de l’opinion. Les cadors du Ps sont presque convaincu de sauver les meubles aux municipales...comme l’explique l’un d’eux  en mode madame soleil : «on va garder Paris, gagner Marseille, les barons de gauche vont tenir leur rang et les triangulaire avec le FN vont nous sauver ailleurs ». voilà les arguments. Ce qui est vrai c’est qu’une victoire dans la capitale et un basculement à Marseille pourrait masquer une défaite. Souvenez vous ca a été le cas en 2001 ou la victoire à Lyon et Paris avait éclipsé la vraie progression de la droite sur le territoire...Un ministre raconte « il y a quelques mois je me disais dans ma ville que c’ était mort et là je commence à penser qu’on va l’emporter, le climat a changé »... et ca peut paraître déconcertant mais dans la même phrase il raconte quand même sa conversation avec une députée de l’assemblée qui passe son temps à se faire insulter sur les marchés...

Thomas : Je veux bien que les français soient un peu versatiles... Mais quand  meme, on n'est pas passé en 15 jours de l’ombre à la lumière ! il y a quelques problèmes qui subsistent dans le pays... Est ce que certains, à gauche, ne se laisseriaent pas aller à un optimisme un peu déraisonnable ?  

il y a en a un qui ose quand même rappeler ses camarades à la raison... c’est le ministre de l’intérieur. Comme les élus de terrain, Manuel Valls tempère l’optimisme du gouvernement . En coulisse il explique : « C’est le premier rendez vous avec les français depuis la présidentielle, je ne vois pas pourquoi ils n’auraient pas envie de nous sanctionner » ... comme ca s’est passé en 83 .. Et il ajoute « quand je me déplace sur le terrain je ne voit pas des français contents de nous ». Un ministre informé du scepticisme de Manuel Valls, relativise  « on a bien compris qu’un échec aux municipales précipiterait son arrivée à Matignon... ». le soupçon et la tactique ne sont jamais très loin.  Le seul point sur lequel tout le monde à gauche s’accorde c’est que l’UMP n’est pas encore très attractive à 4 mois des municipales

Thomas :  And the winner is... Est ce que Caroline, la grande gagnante de tout cela ne finitait pas par être...l'abstention ? 

 

Oui c’est le risque majeur naturellement...et cet excès de confiance est d’ailleurs assez imprudent de la part des socialistes... raconter à qui veut l’entendre que la gauche va passer à coté de la bérézina ce n’est sans doute pas le meilleur moyen de mobiliser son camp !