"Même pas peur"

  • A
  • A
Caroline Roux est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Le ministre des Transports ne craint pas la fronde face à l'éco-taxe et envisage de faire respecter toutes les échéances.

L'écotaxe provoque la fronde des agriculteurs bretons. Ça devient LE nouveau point de fixation antigouvernemental.  Bonjour Caroline Roux. Votre info politique ce matin, c'est que le gouvernement veut tenir... Tenir (au moins) sur le calendrier.

"Même pas peur !" Voilà ce que dit le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier quand vous parlez avec lui. C’est un discret du gouvernement et tenir c’est son obsession ? Il le redit "la taxe ne sera pas repoussée, elle sera appliquée le 1er janvier ". Il est ferme, car en réalité le calendrier ne peut pas bouger. Cette taxe c’est 1 milliard 100 millions qui doivent aller dans les caisses de l’Etat pour financer des infrastructures.

En revanche je peux vous dire ce matin que des aménagements de l’écotaxe sont à l’étude : exonérer d’autres produits que le lait, augmenter encore la détaxe de 50% prévue pour les bretons. Juste des pistes pour l’instant mais il faut trouver des points de passage au plus vite... Les syndicats agricoles seront reçus par Matignon dans les prochains jours.

Le ministre s’est assuré de la détermination de l’exécutif le week-end dernier, mais il sait bien que l’arbitrage sera déterminé par le contexte politique.

Thomas :Oui mais les agriculteurs demandent du temps et le report de la réforme. On imagine que la colère des Bretons est prise au sérieux, qu'elle inquiète !

Voilà un sujet sur lequel il n’y a aucune chance que le président soit déconnecté de la situation, autour de lui les bretons sont sur-représentés parmi ses plus proches, deux ministres :  Stéphane Le Foll, Jean Yves Le Drian. Un président de groupe Bruno Leroux et un conseiller de l’Elysée et ami Bernard Poignant  le maire de Quimper  qui a prévenu le président  il y a un mois des risques de la crise agroalimentaire en Bretagne combinée à l’écotaxe. La situation est surveillée de près car le mot jacquerie (révolte paysanne) a été lâchée. Le chef de l’Etat redoute toujours l’étincelle qui embraserait le pays.

Thomas : On voit bien que le contexte est tel que ce que le gouvernement manie ce dossier de l'écotaxe comme un bâton de TNT.. C'est explosif ! 

Il a raison d’avancer avec prudence, le problème c’est que cette mesure pourtant vertueuse sur le principe, créée par la droite, votée à l’unanimité à l’assemblée est entrain de devenir le totem du ras-le-bol fiscal !