Les élections sénatoriales

  • A
  • A
Caroline Roux est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

La droite espère faire basculer le Sénat en septembre prochain mais le Front national risque de troubler le jeu.

Jean-Philippe Balasse : les élections sénatoriales seront le prochain rendez-vous électoral en septembre. Depuis les municipales, la droite spécule sur un basculement de la chambre haute mais l’info politique, c’est que la percée du Front national pourrait troubler le jeu...

ça va se jouer à 2 /3 voix d’écart, pourtant souvenez-vous on disait encore il y a quelques semaine après les municipales que l’UMP était sûr de sa victoire et comptait sur 5 à 8 voix d’avance au minimum. En réalité l’élection n’a rien d’une promenade de santé. Tout est parti d’un travail de projection qui a été fait par le groupe PS au Sénat. Le document est formel en réalité dans les départements où il y a renouvellement, 10 à 15 % des voix vont au FN. Si on ajoute les divisions à droite, les affaires qui pourraient décider quelques grands électeurs divers droite à se détourner de l’UMP :  le Front sera peut être en mesure de faire entrer 1 ou 2 sénateurs à la chambre haute. Pour la petite histoire le PS a été conforté dans son analyse grâce à une erreur de mailing. Les socialistes ont reçu ce document que j’ai entre les mains, un dossier d’investiture par département de l’UMP qui ne leur était pas destiné et qui concluait plus au moins aux mêmes enseignements. Avec un FN trouble fête qui pourrait rendre plus serré le changement de majorité au Sénat. Le sujet a été évoqué par le président du Sénat dans le bureau de François Hollande mardi soir...

Jean-Philippe Balasse : Des sénateurs Front national au Palais du Luxembourg ce serait du jamais vu.

Je peux vous dire que Marine Le Pen ne néglige aucune élection. Ce scrutin colle avec sa stratégie qui consiste à  étendre son maillage d’élus dans les territoires.  Comme me le dit un cadre du FN «  ce serait un signe fort d’implantation que de rentrer dans cette assemblée » . Les meilleures chances du FN se trouvent dans les bouches du Rhône avec en particulier le nouveau maire FN du 7ème secteur de Marseille Stéphane Ravier, mais rien n’est exclu non plus dans le Var. Pour ce qui est du Vaucluse les discussions ont échoué avec le maire d’Orange Jacques Bompard, ce qui va rendre le scrutin compliqué pour le Front.

Jean-Philippe Balasse : en même temps pas besoin que le Sénat passe à droite, les sénateurs viennent de  rejeter  le projet de loi de finances rectificatives en 2014...

On le sait le PS n’a pas la majorité au sénat mais je peux vous dire que les candidats de droite à la présidence du sénat en coulisse n’en font pas mystère. Si le Palais du Luxembourg bascule,  ils feront du Sénat une base arrière de l’opposition et prépare leurs armes pour user d’un vrai pouvoir de nuisance.