Le "discours de droite" de François Hollande

  • A
  • A
Caroline Roux est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Les vœux de François Hollande n'ont pas fait que des heureux dans le camp socialiste. Certains s'inquiètent des velléités libérales du Président.

L’Info politique… Avec ce matin, un retour sur les vœux de François Hollande vus par ses troupes. Parce qu’évidemment, l’opposition a immédiatement fustigé l’allocution du chef de l’Etat. Tandis que les porte-voix officiels de la majorité ont applaudi. C’est le traditionnel jeu de rôle. Mais hier, vous avez cherché à savoir ce que les élus du PS ont vraiment pensé de ces vœux. Alors, verdict ?

Avant tout, et c’est une surprise, j’ai constaté que certains élus socialistes n’ont même pas pris la peine d’écouter François Hollande en direct. Et n’ont pas cherché à se rattraper ensuite. Hier, au bout de deux-trois textos, un député PS m’a carrément avoué : « Je ne veux pas gâcher la fin de mes vacances. Je verrai les vœux du Président en rentrant ce week-end ». Ceci dit, sauf exceptions, les socialistes étaient bien sûr devant leur poste de télé ou de radio hier et y a deux types de réactions : les contents et les pas contents.

Ca veut dire que l’intervention de François Hollande n’a pas fait l’unanimité dans son propre camp ?

Exactement. Hors-micro, y a deux discours. Ceux qui se félicitent que le Président ait profité de ses vœux pour afficher une ligne clairement sociale-démocrate, voire sociale-libérale. « Il assume enfin une politique qui jusque-là ne disait pas son nom », analyse par exemple avec satisfaction un pilier du groupe PS de l’Assemblée. En revanche d’autres se sont étranglés en entendant François Hollande insister sur les baisses de charges pour les entreprises, les coupes à venir dans les dépenses publiques et de sa volonté de diminuer les impôts sans préciser que ca devra d’abord bénéficier aux Français les plus modestes. « Jusque-là on ne faisait pas une politique de gauche, mais cette fois ça ressemble tout simplement à un discours de droite », a fini par me dire un élu de l’aile gauche du Parti socialiste.

Qu’est ce qui peut expliquer cette évolution du discours de François Hollande ?

En ratant le coche de l’inversion de la courbe du chômage qu’il espérait pouvoir revendiquer lors de ses vœux, François Hollande a peut-être décidé qu’il était temps de mettre plus de cohérence entre son discours et la sa politique. Déjà, rappelez-vous, en mai dernier, il avait un peu tombé le masque en faisant l’éloge des réformes de l’ancien Chancelier allemand Gerhard Schröder. Ceci dit, plusieurs sujets évoqués mardi méritent des précisions. Que ce soit le « pacte de responsabilité » proposé aux entreprises. Ou la baisse des impôts. Pour l’instant, on en est loin. Alors, ces précisions, elles devraient venir lors de la conférence de presse semestrielle du 14 janvier. On verra alors si les vœux du chef de l’Etat n’étaient qu’une inflexion du discours. Ou s’il s’agit d’un tournant dans le quinquennat.

Pour terminer, tout à l’heure, vous parliez des socialistes qui ont séché les vœux, apparemment l’audience de l’allocution du 31 n’a pas été très bonne…

Oui, 10 millions de téléspectateurs seulement sur les 4 grandes chaines historiques. TF1, France 2, France 3 et M6. Contre 11,5 millions l’an dernier. C’est une forte baisse qui ne peut pas s’expliquer entièrement par un éventuel report sur les chaines d’info e la TNT. Et c’est évidemment un mauvais signal pour le chef de l’Etat.